Accueil » A la une » Vatovavy et Fitovinany en deux régions – Le « Teny ierana » l’emporte
A la une Politique

Vatovavy et Fitovinany en deux régions – Le « Teny ierana » l’emporte

Andry  Rajoelina  se  soumet  aux  traditions  de  la  région.

Dénouement heureux de l’imbroglio de la séparation de Vatovavy Fitovinany en deux régions. Le dialogue mené à la base par le président de la République a prévalu.

C’est tranché. La 23e région prend forme. La séparation de la région de Vatovavy Fitovinany en deux a été actée pendant le week-end. La région de Vatovavy est composée de Mananjary, Nosy Varika et Ifanadiana alors que celle de Fitovinany regroupe Manakara, Vohipeno et Ikongo.

Il s’agit d’un dénouement heureux après de longs et âpres débats. Il fallait séparer deux sœurs siamoises liées par toutes les parties du corps. Chaque partie voulait ainsi choisir la région qui lui convient le mieux. Plusieurs arguments aussi bien politiques que géographiques, économiques, historiques, ou culturels ont été avancés pour justifier l’appartenance à une région ou à une autre.

Le président de la Répu­blique Andry Rajoelina s’était entretenu avec les notables des deux régions dans un premier temps au palais d’Ambohitsorohitra au cours duquel il avait souligné qu’il faudrait bien réfléchir avant de prendre une décision. Le cas d’Ikongo était le principal écueil à l’opération.

Le district du député Bru­nelle Razafindratsiaofa voulait intégrer la région de Vato­vavy pour des raisons économiques et culturelles. L’avis de la population est toutefois partagé. Plusieurs manifestations ont eu lieu pour faire basculer la décision dans l’un ou l’autre partie.

Le président de la Répu­blique a ainsi décidé de se rendre sur place pour écouter tout le monde pendant le week-end. Il a dû faire preuve de doigté et de démocratie.

Division administrative

À Manakara d’abord, Andry Rajoelina a rencontré les Ampanjaka, Ndre­gnony, les autorités ainsi que la population locale . Une véritable consultation populaire dans la pure tradition Antemoro qui a permis aux sommités de Mananjary, Ifanadiana, Nosy Varika, Manakara, Ikongo et Vohipeno ont pu s’exprimer concernant la création d’une 23e région. Le président de la République a toutefois souligné d’emblée qu’il s’agit d’une division administrative et non d’une division ethnique.

« Le but de cette séparation est d’assurer une Adminis­tration publique proche du peuple pour éviter les longs déplacements pour une formalité administrative » a-t-il précisé.

Le Chef de l’État a également souligné que la séparation des deux régions vise à apporter les projets de développement équitables.

Les Ampanjaka , Ndre­gnony ainsi que les autorités locales ont par la suite exprimé leur approbation sur le rattachement du district d’Ikongo à Fitovinany qui lui est plus proche.

Le président de la Répu­blique s’est ensuite rendu dans la commune de Namo­rona dont il est le président à y avoir mis les pieds et dans le district de Mananjary pour refaire le même exercice et faire valoir la vertu du « Teny ierana ». Ainsi suite aux doléances de la population, le président a annoncé que la commune de Namo­rona sera rattachée à la région Fitovinany.

Quant au district de Mananjary, il sera lié à la région Vatovavy. Une décision saluée par toute la foule massée au bord de la mer.

Le décret de création de la 23e région sera pris incessamment en conseil des ministres. Une longue attente se termine ainsi pour les deux régions. La population espère désor­mais pouvoir se developper plus vite.

Plusieurs infrastructures seront construites à Vatovavy comme à Fito­- vinany. Ainsi un hôpital, un gymnase seront construits à Mananjary alors que les routes seront refaites. À Mana­kara une digue sera construite pour protéger la ville contre l’érosion marine.

Tout est bien qui finit bien.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi