Accueil » A la une » Ambohimalaza – Vol et viol d’une orpheline
A la une Faits divers

Ambohimalaza – Vol et viol d’une orpheline

L’insécurité règne à Ambohimalaza ces derniers temps.

Dix bandits brandissant quelques fusils ont commis une double attaque armée. Un chef de famille est blessé par balle et deux orphelines ont enduré des atrocités.

Fait-divers glaçant à Ambohi­boahangy Ambohi­malaza. Dans la nuit de vendredi à samedi, une escouade de bandits armés a pris d’assaut deux propriétés, dont une fondation accueillant des orphelins. Lors de leur passage, une orpheline, âgée de seize ans, a été victime d’agression sexuelle. Une autre, âgée de vingt-quatre ans, a été violentée par les malfaiteurs.

La responsable de la fondation, prise pour cible, a été dépouillée d’une somme s’élevant à quatre millions d’ariary, d’un ordinateur portable, d’un téléphone mobile ainsi que d’une tablette d’après les préjudices déclarés à la gendarmerie nationale. Cette ahurissante attaque à main armée est l’œuvre de dix bandits enragés. D’après les témoignages, les assaillants étaient équipés de trois fusils de chasse ainsi que de tout un arsenal d’armes blanches. Les malfaiteurs ont frappé à des heures reculées de la nuit, aux alentours de 23 heures 30.

Avant de sévir dans la fondation pour orphelins, ils ont fait parler d’eux dans une propriété des environs. En s’introduisant au domicile de la première famille qui en a fait les frais, la bande armée fait parler la poudre avec leurs fusils de chasse.

Fusillé

Sitôt à l’intérieur, les bandits ont tenu en respect avec leurs armes les personnes qui s’y trouvaient. Selon les informations communiquées, le chef de famille est blessé par balle. Avant qu’ils ne quittent les lieux, les brigands ont fait main basse sur l’argent ainsi que tous les objets de valeur à portée des mains.

D’après les déclarations des victimes, du numéraire d’une valeur de 100 000 ariary est tombé dans l’escarcelle des voleurs. Ils se sont dans la foulée emparés de deux téléphones portables. Fortuné de ce butin, le gang armé a dirigé une autre attaque armée contre la fondation à vocation humanitaire, où ils ne se sont pas contentés de dérober la liquidité ainsi que les objets de valeur à portée des mains pour commettre des atrocités contre les deux orphelines livrées à elles-mêmes. Ces dernières ont été conduites à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona.

La gendarmerie a été alertée une vingtaine de minutes après le passage des bandits.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi