A la une Social

Fuite de sujets – L’ancien directeur des examens nationaux incarcéré

Rebondissement. D’abord placé sous contrôle judiciaire, Solonjaka Rakotonasy, ancien directeur des examens nationaux a, finalement, été placé en détention préventive.

Le couperet contre celui qui est, également, l’ancien directeur de l’office du baccalauréat d’Antananarivo, est tombé, hier, à l’issue d’une seconde comparution devant la justice.

Selon les informations, dans le cadre de l’instruction de l’affaire de fuite des sujets du bac, cet ancien responsable a été convoqué pour être une nouvelle fois entendu au parquet. Le magistrat chargé du dossier aurait décidé de l’entendre à nouveau après avoir étudié le rapport de l’enquête remis par la gendarmerie nationale.

Cette seconde séance de face-à-face avec le juge a donc, été défavorable à l’ancien directeur des examens nationaux qui a pris la direction de la maison d’arrêt d’Antanimora.

À l’issue d’une première comparution, pourtant, l’ancien premier responsable des examens nationaux a été placé sous contrôle judiciaire, au même titre que neuf au­tres personnes. Une demoiselle ayant également, été préalablement placée sous contrôle judiciaire aurait, aussi, été placée en détention préventive.

Tout comme l’ancien directeur de l’office du bac d’Antananarivo, elle a été convoquée pour être entendue une deuxième fois au parquet, hier.

Cette demoiselle qui est, actuellement, à la maison d’arrêt d’Antanimora serait l’administratrice d’un compte Facebook, sur lequel a été publié, pour la première fois, les sujets du baccalauréat qui ont fuité. Jusqu’à hier, huit personnes ont été placées en détention provisoire dans le cadre du dossier de fuite de sujet d’examen et sept sont sous contrôle judiciaire. Onze autres prévenus ont été présentés devant la justice, hier soir. En tout, ils sont cinquante-quatre personnes à être happées par cette affaire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter