Accueil » Politique » Olga Ramalason – « La caution est un blocage pour les candidats »
Politique

Olga Ramalason – « La caution est un blocage pour les candidats »

Les conditions de candidature aux élections sénatoriales du 11 décembre prévoient une caution de 15 millions d’ariary pour les candidats désireux de concourir. Une somme assez élevée selon certains politiciens, soit le triple de ce que les candidats dans la capitale ont versé durant les législatives. Pour Olga Ramalason, politicienne membre du parti Tiako i Madagasikara et sénatrice, « la caution est un blocage pour les candidats ». Douze sièges sont à pourvoir au sein du Sénat par les élections à suffrage universel indirect. Tandis que le président de la Républi­que désignera les six autres sénateurs selon les dispositions de la Constitution.

La course est ouverte à tous les partis politiques à partir du 28 septembre au 12 octobre où les candidatures seront réceptionnées auprès des OVEC. La fixation de la caution à 15 mil­lions ariary a été annoncée en décret pris par le gouvernement mercredi. Ainsi dans les réactions politiques, il s’agit d’un « critère éliminatoire » pour les concurrents. Cependant, le rapport de forces entre les partis politiques classés « favoris » présente une autre scénario aux prochaines élections. La participation des grands électeurs augure déjà des critères ouverts pour les formations en place. Pour la province d’Antananarivo, la bataille entre les candidats s’annonce déjà rude pour décrocher les deux sièges disponibles. La coalition IRD sans aucun doute mobilisera ses cent trente six maires élus contre trente six pour le Tiako i Madagasikara. Reste à savoir si la position des quatre vingt dix sept indépendants basculera du côté du régime ou de l’opposition.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi