Accueil » Opinions » Fais bouger les fesses* et tais-toi
Opinions Texto de Ravel

Fais bouger les fesses* et tais-toi

« Assainir le paysage artistique », disent-ils en prenant des mesures sporadi­ques. Coups de com’, coups d’éclat, coups d’épée dans l’eau. Si assainir avait du sens, on redéfinirait tout d’abord et avant toute chose le statut d’artiste à Madagascar. Plus encore, qu’est-ce que l’art? Qu’est ce qu’il devrait apporter et impulser? Car une fois de plus, ce qui ne rentre pas dans les normes, le conventionnel, l’hypocrisie de masse est traité comme de la perversion à Madagascar.

Tout art est permis du moment qu’il amuse la foule, à la manière de la foule et des soi-disant « valeurs » malagasy. Au-delà, on est traité de toxicomane, de fou, de débile, de va-nu-pieds inculte qui n’a rien d’autre à faire. Nombreux sont les artistes, comme les sportifs, Malgaches qui ont dû partir pour voir si l’herbe est réellement toujours plus verte ailleurs. Ceux qui ont le courage de rester, qui essaient de vivre de leur art, ne reçoivent aucune reconnaissance, aucun appui. Alors qu’une population sans art est une âme sans œil.

« Fais bouger les fesses* et tais-toi » imposent-ils en prenant des mesures sporadiques. Coups de com, coups d’éclat qui ne sont point des coups d’épée dans l’eau mais plutôt des coups de poignard dans le dos. L’artiste, qui est, très malheu­- reusement, confiné par le mental social dans le métier de chanteur, est muselé et dénigré. Oser dire les maux de la société fera de lui un paria. Les dirigeants comme les gouvernés n’aiment pas entendre leurs quatre vérités.

Depuis hier, les réseaux sociaux nous apostrophent sur l’affaire « Rolf VS Rossy ». La phrase de la page facebook [ar’ao] mérite qu’on s’y attarde: « L’histoire de Rolf Raza de VOOTS Kongregation a interpellé le milieu artistique indépendant malgache ». Il existe donc un milieu artisti­que indépendant. Ce qui sous-entend la réalité d’un milieu artistique dépendant. Dépendant de quoi, de qui et pourquoi? Un milieu artistique dépendant des pouvoirs politiques qui se succèdent. Dépendant des gros sous à force d’être des merce­naires cuirassés de gros mots, grands mots, grands maux.

[ar’ao] poursuit sa réflexion: « Ce qu’il faut surtout méditer de son [Rolf] affaire c’est de savoir jusqu’où va la liberté d’expression, si déjà la liberté d’expression existe. Puis de comprendre, ce qu’est un artiste, ses valeurs, ses idéologies. L’art est avant tout liberté. L’art est une expres­sion, un moyen de communiquer, de véhiculer des visions, des messages. (…) Mais nous avons besoin de ces chocs de réalités pour grandir, évoluer, progresser et aller vers une illumination collective de l’âme ».

Courage à toi et à ta famille Rolf! #VOOTSiZAHAY

*Ps. À mon sens, il n’y a rien de mal à faire bouger nos attributs. Une manière comme une autre, suivant les cultures, de s’exprimer et de laisser son corps s’exprimer. Par ailleurs, mis à part les attributs, faire bouger les méninges et les mœurs, faire bouger les lignes comme les lois seraient tout aussi nécessaire et vital pour la survie de toute civilisation humaine.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi