Accueil » Editorial » Suicide involontaire
Editorial

Suicide involontaire

Des morts par benne. Et ce n’est pas fini. La période de vacances est marquée chaque année par une hécatombe sur les routes. Des colonies de vacances, des pèlerins, des sportifs sont victimes de suicide involontaire. Les morts se comptent par dizaines sur la RN2, RN4, RN7… et les autres. La faute n’en est visiblement pas à Dieu mais à une défaillance mécanique, à une imprudence humaine ou au mauvais état de la route. Les passagers n’ont pas le choix et s’exposent à tout moment à un danger.

La défaillance mécanique montre qu’aucun contrôle systématique n’a été effectué. Le mauvais état de la route devrait interpeller le conducteur à plus de prudence. Le premier responsable de ce suicide involontaire des passagers. La plupart ne sont pas conscients de la responsabilité qu’ils ont sur les épaules en transportant des passagers. À croire qu’ils n’ont jamais passé une auto-école. Certains n’auraient même pas de permis de conduire. Il suffit pour s’en convaincre de voir comment on circule sur la rocade alors qu’on roule à 20 km heure. Tout le monde ou presque circule à gauche. De là à conclure que ces chauffards n’ont aucun respect pour la vie des gens qu’ils entassent dans leur corbillard de fortune, il n’y a qu’un pas.

Outre leur inconscience et incompétence, l’exiguïté des routes et la taille des camions de plus en plus grands et longs et dont la capacité des conducteurs est douteuse, constituent des paramètres multiplicateurs d’accident. La RN 2 et la RN 7 sont extrêmement dangereuses et sont a déconseiller pour les départs en vacances. Il faut être diablement courageux pour emprunter ces axes.

Comme d’habitude la gendarmerie annonce des contrôles stricts et des mesures sévères contre ces bourreaux de la route après des accidents mortels en série. Le drame est passé.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter