Accueil » A la une » Administration – Rajoelina remet à leur place les détracteurs
A la une Politique

Administration – Rajoelina remet à leur place les détracteurs

Andry  Rajoelina  avec  les  Tangalamena  hier à  Iavoloha.

La création de la 23e région a été officialisée durant une cérémonie, à Iavoloha, hier. Le Président a profité de l’occasion pour torpiller les détracteurs de sa politique.

Concrétisation d’un Velirano. C’est ainsi que Andry Rajoelina, président de la République, et les orateurs durant la cérémonie d’hier, au palais d’État d’Iavoloha, présentent l’officialisation de la création de la 23e région. «Un des Velirano faits se concrétise aujourd’hui», se réjouit le Chef de l’Etat. Il a rappelé qu’ériger Vatovavy en une région à part entière et faire de Mananjary un chef lieu de région est un de ses engagements de campagne électorale. Un Velirano qu’il a réitéré dans son discours d’investiture, le 19 janvier 2019. Aussi, une cérémonie officielle a été organisée au palais d’État d’Iavoloha, pour la signature du décret de promulgation de la loi instituant la 23e région.

Dans son allocution, hier, le Président a pilonné les détracteurs de sa politique et ses choix de priorités. Ça a été une contre-attaque sur deux fronts. D’abord concernant la création de la 23e région. La division en deux de la région Vatovavy Fitovinany n’a pas été une partie de plaisir. Le sujet a fait des vagues jusque dans les rangs de la coalition présidentielle IRD.Dorénavant, la région Vatovavy sera composée des districts d’Ifanadiana, Nosy Varika et Mananjary. La région Fitovinany quant à elle comprend les districts d’Ikongo, Manakara et Vohipeno.

Absence remarquée

Une subdivision qui est ouvertement contestée par le député Brunelle Razafintsiandraofa, élu d’Ikongo. Il a constamment plaidé pour que sa circonscription soit placée dans la région Vatovavy. Il a basé sa prétention sur des faits historiques et culturels. «Le pouvoir travaille.» Tous les députés des régions Vatovavy et Fitovinany ont été présents à Iavoloha, hier, sauf Brunelle Razafintsiandraofa. Une absence qui pourrait indiquer que le vice-président de l’Assemblée nationale n’a toujours pas digéré la subdivision faisant suite à la création de la 23e région. «Certes, il y a eu des désaccords, mais ne nous laissons pas gagner par la division. Nous ne devons pas non pas contrer le développement», a déclaré Andry Rajoelina. Le Président a ajouté, «ayons toujours en tête la quête du bien commun et respectons la décision de la majorité». Le Chef de l’Etat a souligné que le traçage des régions Vatovavy et Fitovinany est juste administratif et a été décidée dans un optique d’optimisation des actions de développement.

Un pack d’engins pour la réhabilitation de routes, l’enveloppe de deux milliards d’ariary par gouvernorat et d’autres subventions seront alors mis à disposition de chacune des deux régions. Après avoir mis les points sur les i, concernant la création de la 23e région, Andry Rajoelina a réglé ses comptes avec les détracteurs de sa politique. Faisant allusion aux invectives de la députée d’opposition Hanitra Razafimanantsoa, durant le dernier face-à-face entre les membres de la Chambre basse et le gouvernement, le Président a déclarée, «peut être que certains n’ont pas besoin de nouvelles écoles ou de centre de santé et hôpitaux, mais plusieurs autres districts et localités en ont grandement besoin».

Sur sa lancée, le locataire d’Iavoloha renchérit, «il y a plusieurs critiques contre le Président, il y a ceux qui contestent les choix des priorités étatiques. Seulement, plusieurs sont ceux qui soutiennent, défendent et sont satisfaits de la politique étatique et du travail fait par le pouvoir. Je ne dis que tout va bien, que c’est le paradis, il y a encore des lacunes à redresser, mais beaucoup a été fait. Le pouvoir travail et aucun district n’est oublié dans ses actions de développement».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter