Accueil » Politique » Communales – Les élections partielles en instance
Politique

Communales – Les élections partielles en instance

La crise sanitaire semble être un blocage sur l’organisation des scrutins pour des communes dépourvues de maires et de conseillers municipaux élus. « La position du gouvernement n’est pas fixée face à cette crise sanitaire qui sévit dans le pays. Selon la logique, les élections partielles devraient avoir lieu pour les communes qui n’ont pas des élus », explique Maitre Hery Rakotomanana, président de la CENI, joint au téléphone, hier.

Des votes sont à refaire dans les communes où des anomalies ont été relevées lors des scrutins en novembre. La décision des tribunaux administratifs des six provinces durant la proclamation des résultats officiels, en janvier, a ordonné des nouvelles élections. C’est le cas de Moramanga, Morondava, Tsihombe ville, Ampanihy centre, Antenimbe Arivoni­mamo, Faratsiho… Une quarantaine de communes n’ont pas encore leurs maires et conseillers élus. Les affaires locales sont confiées aux intérimaires jusqu’à ce que leurs successeurs prennent le relais.

Par ailleurs, la CENI attend l’instruction du gouvernement pour achever en beauté le processus électoral. Quatre mois et demi sont encore ouverts pour envisager les nouvelles élections. La convocation des électeurs dans les quatre-vingt-dix jours par un décret devrait être respectée, selon les textes en vigueur. En plus, « il faut prendre en considération la période favorable car au de-là du 30 novembre, la tenue des élections n’est plus recommandée », note le président de la CENI.

Quatre cent quatre-vingt-huit requêtes relatives aux contentieux électoraux sont traitées auprès du Conseil d’État, selon le dernier rapport. La juridiction supérieure a été saisie des cassations formulées par les candidats perdants aux scrutins du 27 novembre. Or, la période de confinement a ralenti la proclamation des verdicts, attendue en avril. La proclamation accuse un retard à cause de la crise sanitaire. Selon la procédure, les résultats définitifs sur les nouveaux maires et conseillers élus devraient être notifiés aux institutions en charge des élections pour pouvoir démarrer les préparatifs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi