Actualités Faits divers

Vols contre l’église – Une quarantaine de clochers dérobés

D’effrayants vols de cloches ne contenant aucun métal précieux sont perpétrés dans les quatre coins de l’île.  Des églises du Conseil chrétiens de Madagascar (FFKM) en font les frais.

Les vols de cloches d’église font des vagues. Depuis le mois de septembre, une quarantaine de cas est signalé de par la Grande Île. Le diocèse de Fianarantsoa est le plus durement touché, avec 15 vols signalés. Les malfaiteurs ont sévi, entre autres, dans les églises catholiques apostoliques romaines (Ecar) de Soamandroso Camp Robin, Vatosola Ankazobe, Andranovorivato ainsi qu’à l’église réformée luthérienne (FLM) d’Anoramitsipika.
À Ambositra, des vols rocambolesques ont été perpétrés pendant la célébration de la Journée Mondiale de la Jeunesse (JMJ), à la mi-septembre 2015. L’Ecar d’Ambovombe Manandriana a été la première à avoir été prise pour cible. Huit autres églises du diocèse d’Ambositra, dont celles de Beambopo, Vohima­vony, Mirary, Matoka, Ambon­drona, Ambalamaha­masina, Ambohimilanja, ainsi que l’église réformée de Jésus Christ à Madagascar (FJKM) de Tsararivotra Ambositra, en ont également fait les frais.
Les malfaiteurs ont également déjà frappé à Belo sur Tsiribihina, au mois de mars, où quatre suspects ont été épinglés, lorsque les forces de gendarmerie ont surveillé l’axe routier conduisant en dehors du district, sitôt mises au parfum de vol qui venait de se commettre.
La cloche dérobée a été découvert à bord d’un véhicule tout-terrain, qui allait rejoindre Tana.

Radiation
Au mois d’avril, les vols de cloches ont fait tache d’huile jusqu’à Mahanoro, où trois autres églises ont été dépouillées de leurs cloches. Les voleurs ont opéré la nuit. Deux des vols signalés ont été commis en une même nuit. D’autres cas ont  été, en revanche, avorté
dans le diocèse d’Ihosy. Des tentatives ont été faites à l’Ecar Sakalalina, ainsi qu’à la FLM de Mahasoa-sud. À Antsirabe, les visiteurs ont sévi en pleine nuit à la FLM d’Ambohibary. Les malfaiteurs ont pris la poudre d’escampette, lorsque le gardien a été réveillé en sursaut par des bruits suspects.
Des études effectuées par les églises confirment une possible existence de métaux précieux dans les matières utilisées dans la fabrication des cloches. Un pullulement des vols suscite néanmoins des remous et ceux, où l’insigne «RF» est gravé, sont ceux qui attirent le plus les vandales selon les constats. Le vol de cloche est prévu et puni par le code pénale de source judiciaire. En revanche, la loi canonique stipule que tout croyant, mouillé dans une telle affaire, est radié par l’église.

Seth Andriamarohasina