Accueil » A la une » Rapt contre rançon – Un compère de Lamà abattu
A la une Faits divers

Rapt contre rançon – Un compère de Lamà abattu

Rajim devait conduire les enquêteurs jusqu’à la tanière de l’un de ses acolytes lorsqu’il a trouvé la mort.

Capturé vivant par les gendarmes, le bras droit présumé du défunt ravisseur Lamà a trouvé la mort. Il devait conduire à l’un de ses complices lorsqu’il a tenté de fuir.

Le démantèlement du réseau de rançonneurs dont Norbert Ramandiamana, alias Lamà, était le chef se poursuit. Hier, aux petites heures, un individu répondant au nom de Jimmy Marcel Heritiavina, connu sous le sobriquet de Rajim, est tombé sous les balles des éléments de la Section des Recherches Criminelles (SRC) de la gendarmerie nationale à Antananarivo.

Le suspect devait mettre les enquêteurs sur la piste de ses comparses lorsqu’il a été abattu.

Des investigations diligentées par les hommes de la SRC ont abouti par l’arrestation de Rajim en début de semaine. Soumis à interrogatoire, celui-ci a dénoncé un autre présumé membre de l’association de malfaiteurs. L’insistance des enquêteurs a permis de localiser le fugitif. D’après les informations qu’ils ont recueillies, ce dernier se terrait dans le village d’Ambatovory Soanierana, à Arivonimamo. Afin de prendre par surprise le fugitif dans sa tanière à Arivonimamo, une escouade de gendarmes de la SRC a quitté Tana aux petites heures en embarquant Rajim avec elle pour arriver à Arivonimamo vers 3h15 du matin.

Panne

D’après les informations communiquées, le véhicule qui les conduisait était tombé en panne alors qu’ils allaient rejoindre le village pour y débusquer le fugitif. L’opération aurait mal tourné lorsque Rajim a essayé de tirer parti de la situation pour essayer de se faire la malle.

La gendarmerie indique que le suspect a été sommé de se rendre mais celui-ci n’a pas obtempéré. Nonobstant les mises en garde répétées, le quidam aurait continué à courir comme un dératé en s’enfonçant dans la pénombre totale. Contraints d’ouvrir le feu, les gendarmes l’ont touché. Dans un état préoccupant, Rajim a été transporté au centre hospitalier du district d’Arivonimamo. Alors qu’il était entre la vie et la mort, le personnel médical sur place a tenté l’impossible pour le sauver mais en vain. La dépouille a été placée à la morgue du même établissement.

L’opération visant à appréhender le compère de Lamà, ayant trouvé refuge à Ambatovory Soanierana a tourné court après le décès de Rajim. En revanche, il n’en demeure pas moins que le fugitif est activement recherché par les forces de gendarmerie.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi