Accueil » A la une » Artisanat – Les matières premières brutes manquent
A la une Economie

Artisanat – Les matières premières brutes manquent

Manantsoaniana Rajaonarimanana demande  la  limitation  de l’exportation  des  matières premières.

Les matières premières brutes sont exportées en trop grande proportion. C’est l’avis d’un artisan créateur de renom, Manantsoaniaina Rajaonarimanana, propriétaire gérant de « Manantsoa Création ». Spécialiste en vannerie et produits en cuir depuis 2007, il est à la recherche cons tan te de fibres végétales de raphia et de la matière cuir. Il aurait besoin en moyenne de 760 g de raphia pour confectionner un produit, alors, qu’en temps hors crise, son équipe prend en charge quelques cent- cinquante commandes par mois.

« Il est essentiel de limiter l’exportation des matières premières brutes car les artisans se trouvent dans une situation difficile. Il n’y a pas assez de matière première de premier choix car ils sont tous destinés à l’exportation. Nous nous contentons des fibres de deuxième choix pour travailler. Alors que des fois, c’est encore très compliqué d’avoir accès à ces matières de deuxième choix. C’est une embrouille qui affecte presque tous les artisans » explique l’artisan. Les artisans se retrouvent en situation de demandeurs de produits qui sont disponibles dans leur propre pays et Manantsoaniaina R. confirme que quand les commandes affluent, les matières premières leur font défaut.

La situation devient ainsi propice à la spéculation car un kilo de raphia s’achète à 8000 ariary alors qu’il y a 2000 ariary de moins quand l’offre est disponible.

Appui

Cette semaine tient à rehausser la valeur de l’Artisanat en tant qu’un des axes d’« une relance économique et inclusive ». 75% des travailleurs sont indiqués appartenir au secteur de l’Artisanat dont 80% sont des femmes. Le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat avance que 114 domaines sont liés à l’artisanat. Les chiffres officiels parlent d’un million neuf cent mille artisans éparpillés dans tout le pays. Les régimes successifs ont tous voulu considérer les artisans malgaches car c’est un des vecteurs de l’image de la grande île sur la scène internationale.

L’exportation des produits d’artisanat malgaches ont rapporté 17 millions d’euros en 2019. L’actuel propose la mise en place d’une unité de fabrication de matières premières justement, afin de résoudre le problème spéculatif sur le prix de celles-ci.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi