Faits divers

Enlèvement contre rançon – Un couple kidnappeur interpellé

Le couple kidnappeur présenté à la presse, hier,  à la brigade criminelle.

Un couple, auteur de l’enlèvement contre rançon d’un garçon de 3 ans, fils d’un opérateur à Soavinandriana, s’est fait cueillir à Andilamena, le 5 juin.

Rapt. Un garçon de 3 ans a été ravi par son demi-frère et sa femme, le 24 mai, à Soavi­nandriana, dans l’Itasy. Au bout de treize jours de captivité, soit le 5 juin, il a été libéré sur intervention de police de la brigade criminelle (BC), dans le district d’Andilamena. Il a retrouvé les siens sain et sauf, tandis que ses séquestreurs ont été arrêtés. Ce couple, auteur du crime, a passé sept nuits en cellule avant d’être traduit au Parquet, à Anosy.
Ses motivations à commettre cette activité mafieuse étaient que le mari s’est senti délaissé par son père en commun avec ce garçon. Or, il avait été élevé depuis toutes ces années et considéré comme un véritable fils au sein de la famille, selon les informations concordantes.
« Dans un premier temps, son père pensait qu’il n’allait pas porter plainte, mais il l’a finalement fait, lorsque son beau-fils a franchi la ligne rouge », raconte un membre de la famille plaignante.
Le lendemain du rapt, les parents du garçon ont été appelés au téléphone par les ravisseurs qui ont réclamé dix millions d’ariary contre la libération de leur fils. Du coup, ils en ont avisé la police. Trois jours plus tard, soit le 28 mai, ils ont dû verser un million d’ariary afin de localiser le détenteur du numéro avec lequel les malfrats les ont appelés.

Démarche
C’était là que les fins limiers de la BC sont intervenus en procédant à une collaboration avec les opérateurs mobiles. « Nous avons alors su que les kidnappeurs résidaient quelque part à Ivandry. Après cela, ils ont rappelé, mais avec un autre numéro. De notre côté, nous avons agi avec la même démarche et nous nous sommes rendus compte qu’ils se sont déplacés à Andilamena », décrit le commissaire principal de police, Seraly Hercule, chef de service central des affaires criminelles.
Son plan ne s’est donc pas passé comme il le concoctait, puisque le couple n’a pas échappé au coup de filet des forces de l’ordre. La BC et la police d’Andilamena se sont serrées les coudes pour le retrouver.
« Pour rappel, l’enfant et son frère étaient dans leur commerce, avant d’être enlevés. Il a été entraîné, tandis que l’autre a été relâché lorsqu’il s’est mis à crier », selon d’autres précisions de la Police nationale.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter