Accueil » Economie » Travaux publics – Les marchés publics à réévaluer
Economie

Travaux publics – Les marchés publics à réévaluer

Le  prix  du  ciment  et  du  fer  a  flambé.

Un autre effet ou méfait de l’inflation généralisée. La maîtrise des coûts devient complexe pour les entreprises du bâtiment et travaux public Leur syndicat, SEBTP, passe à l’offensive dans le dessein d’obtenir la révision, à la hausse si possible, des montants pour les marchés publics attribués et en cours de traitement. Les entreprises rassemblées au sein de cette plateforme justifient et motivent leur revendication par les prix des matériaux de construction qui ont pris la courbe ascendante. D’une manière brusque et soutenue.

Pour le SEBTP, présidé par le boss du groupe OTI, Hary Andriatefihasina, les acteurs de ce secteur-clé de la croissance économique, éprouvent les pires difficultés à gérer et à anticiper la hausse importante des prix en question, couplée aux divers problèmes liés à l’approvisionnement des matières premières. Des aléas qui impactent, selon les membres du SEBTP, sur le coût des chantiers à effectuer et la durée d’exécution des travaux requis par ces marchés publics.

Dans une lettre envoyée au ministre en charge des Travaux publics, Jerry Hatre­findrazana, le SEBTP tient à éveiller l’attention sur un écart important. « Que les prix de certains produits ont dépassé ceux fixés par les termes des contrats ». Le SEBTP affirme que des fournisseurs, pris de court par cette hausse de prix, ne sont plus en mesure de remplir leurs obligations contractuelles.

Mécanisme d’indemnisation

Hary Andriatefihasina a expliqué alors « qu’il est quasi impossible pour les principaux acteurs du secteur de déterminer avec exactitude ce que seront les prix à payer nécessaires pour réaliser les marchés signés. Au final, les entreprises n’ont pas de visibilité claire pour planifier leurs activités ». Des imprécisions qui risquent d’avoir des conséquences dans leurs comptes d’exploitation. D’autre part, le SEBTP, à l’instar du secteur privé en général, déplore que les problèmes irrésolus des charges financières générées par l’énergie, anéantit la compétitivité des sociétés formelles, et incite l’État à réfléchir sur la mise en place d’un mécanisme d’indemnisation, ainsi qu’à l’application de manière systématique de la notion de marché révisable. Dans la pratique, les entreprises du BTP préconisent la possibilité de toucher les prix en fonction de l’évolution de la situation économique et financière durant la période d’exécution d’un marché public.

Le SEBTP entend et attend mettre fin aux rouages des contrats affichant des prix forfaitaires, payant le titulaire du marché pour une prestation sans tenir compte des quantités livrées ou exécutées. Ce qui impose la nécessité d’opérer des mutations profondes pour parvenir à de nouveaux standards mutuellement bénéfiques pour le secteur des BTP et l’État. Une autre forme du Dialogue public-privé à formaliser.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter