Editorial

Piqûres de rappel

Équivoque. La posture adoptée par l’organisation mondiale de la santé, OMS, depuis les premiers cas du coronavirus, n’a jamais fait l’unanimité. Elle a même suscité des interrogations. quand le mal est apparu dans la ville de Wuhan en Chine, puis s’est vite propagé, avec ses cortèges de victimes, l’OMS n’a pas jugé impérieux d’interrompre le flux des trafics aériens à destination et en provenance de la Chine. Elle a laissé aux autorités de chaque pays l’appréciation pour décider de ce qu’elles pensent être la solution la plus adéquate.

Il est vrai que suspendre les vols commerciaux avec la Chine, trop tôt, aurait eu des conséquences encore plus désastreuses pour l’économie mondiale. Madagascar, avec sa situation fragile et précaire, ne peut qu’endurer et encaisser les effets nocifs collatéraux de cette récession économique et financière inévitable. Mondialisation oblige.

Pour illustration, des boutiques de mode du centre commercial « Avance Center » à Behoririka, approvisionnées via le marché chinois, avec ses prix de revient des plus abordables, ont baissé pavillon depuis. Sur un plan plus général, le récent rapport de la Banque centrale a donné des pistes de réflexion sur l’ampleur de la débâcle financière à venir.

Ceci étant, une fermeté de la part de l’OMS à la genèse du mal, par une « communication scientifique précise » sur la dangerosité du Covid-19, aurait pu endiguer sa progression à travers le monde. un manque manifeste de vigilance, qui aurait peut-être activé la colère noire du numéro un de la Maison-Blanche. Donald Trump a dénoncé ce qu’il entendait par une mauvaise gestion de la crise sanitaire par l’OMS.

Dans la foulée de son emportement, il a supprimé l’obole américaine, d’un montant de 400 millions de dollars, pour l’OMS. Les anti-Trump ont aussitôt réagi en accusant le Président américain de vouloir détourner l’attention, de chercher une échappatoire, à un moment où le nombre des contaminés et des décès consécutifs au coronavirus aux États-unis a atteint des proportions exponentielles. Le fameux pic avant la décrue ou le plateau. Suivant l’allure d’un relief montagneux pour faire simple. Sans entrer dans les dédales des modèles statistiques, suivant la loi de Poisson-Gauss.

Toujours aux premiers jours de l’arrivée du Covid-19 en Europe, l’OMS a jugé inutile le port des masques de protection dans les endroits publics. Seul le personnel soignant en contact direct avec les porteurs du virus devait être équipé d’un tel attirail, selon ses recommandations. Le ministre français de la Santé publique, Olivier Véran, a abondé dans le même sens. Puis, il a révisé sa position au fur et à mesure de l’évolution de la situation hexagonale. Par le déconfinement graduel amorcé depuis hier, le port de masque est obligatoire en France.

Pour couronner le tout, l’OMS a émis des réserves sur les vertus thérapeutiques du Covid-organics à traiter et à prévenir le coronavirus. Ce qui a irrité des citoyens africains, désignant l’OMS comme étant un outil aux mains des « parrains » de l’industrie pharmaceutique. Allergiques aux remèdes traditionnels. CQFD.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • CQFD ? Initialement, l’OMS n’a été avertie de la dangerosité du virus par la RPC très tardivement, pourquoi ? Question fondamentale à laquelle une réponse devra être fournie à la population mondiale. L’influence du pays sur l’organisation est devenue colossale, surtout depuis la vacance du représentant US en 2018, au point que jusqu’à mi-janvier le virus était toujours réputé non transmissible de l’homme à l’homme. C’est du moins ce qu’on lui affirmait. Alors oui la responsabilité est établie, celle de ne pas avoir enquêté, ou d’avoir fermé les yeux selon certains, mais posons-nous la question du degré des responsabilités, rationnellement. Qui aujourd’hui devrait en toute logique assumer la première d’entre elles, sinon le pays d’où est parti ce désastre planétaire, comment peut-il expliquer sa conduite d’alors ? Celle d’avoir ignoré les avertissements de Li Wenliang avant de le réhabiliter sous pression et par calcul, celle d’avoir permis les départs du nouvel an chinois malgré l’existence de l’épidémie localement..
    L’OMS de collusion avec les lobbies pharmaceutiques, les labos.. entend-on dire de part et d’autre, pour freiner volontairement l’avancée des recherches émanant des pays pauvres face au Covid-19 et les solutions préconisées, n’oublions pas que la RPC dispose aussi de nombreux chercheurs et de beaucoup de moyens, si seulement elle s’intéressait au cvo ! Après tout l’artemisia elle connait par cœur..
    L’époque ressemble à un mauvais film de science-fiction où le monde est soumis à des puissances devenues incontrôlables tant on leur a facilité la voie sous prétexte d’une mondialisation dépeinte comme incontournable, car forcément heureuse. Une prise de conscience de la nécessité de constituer des contre-pouvoirs civils est absolument nécessaire, dans l’intérêt global, le Covid nous le rappelle cruellement. Nul ne devrait pouvoir disposer de l’existence de l’autre, c’est une aberration.

  • Depuis quand l’OMS a-t-elle le droit de fermer des frontières? On n’arrête pas de pointer du doigt la Chine mais c’est pourtant elle qui a alerté le reste du monde sur l’existence de ce nouveau virus. Ce même virus qui, selon les dernières découvertes, se répandait déjà en France au mois d’octobre 2019 : https://www.news.com.au/world/coronavirus/global/coronavirus-france-fears-virus-may-have-spread-in-october-after-military-games-in-wuhan/news-story/b55680fc3b6a11b8c258317d3454961b