Faits divers

Anosisoa – Un trio criminel braque les fonds d’une société

Les badauds ont entouré la moto de la victime.

Des fonds qui allaient être versés à la BOA à Anosisoa ont été braqués par une bande roulant en scooter. L’attaque a été perpétrée non loin de l’agence bancaire.

Braquage éclair à Anosisoa Ambohimanarina, hier en début d’après-midi. Aux alentours de 13h30, un trio criminel a fait main basse sur les fonds d’une entreprise. L’argent allait être versé à l’agence de la Bank Of Africa (BOA) à Anosisoa avant qu’il ne tombe dans l’escarcelle des malfaiteurs.

Les assaillants ont utilisé deux motos. De source policière, la bande a pris en filature leur proie pour sévir au moment où celle-ci allait atteindre l’agence. L’individu qui en a fait les frais était également au guidon d’un deux-roues lorsqu’il allait effectuer le versement.

Non loin de l’agence, les braqueurs, opérant à visage découvert, ont bloqué la route à l’employé qui transportait l’argent pour aussitôt dégainer une arme de poing et le tenir en joue.

Riverains impuissants
Tout en menaçant à l’aide d’un pistolet automatique, les bandits se sont emparés du sac contenant l’argent pour aussitôt sauter sur leurs motos et démarrer en trombe. En un clin d’œil, les voleurs se sont fait la malle devant des témoins oculaires impuissants. Pris par surprise, l’employé délesté des fonds qui lui ont été confiés était resté pantois. Sa moto était couchée à même l’asphalte lorsque la bande en avait fini avec lui. Le braquage a provoqué un attroupement de badauds. Alors qu’une cohue d’individus curieux fourmillait sur les lieux, un passant s’est présenté au commissariat de police du sixième arrondissement pour signaler le braquage. Tout de suite, des éléments d’intervention sont venus à la rescousse mais les assaillants avaient déjà pris le large. Aucun coup de feu n’a été en revanche entendu au moment des faits, et aucun blessé n’est à déplorer.

Les policiers du commissariat d’Ambohimanarina ont engagé une poursuite et passé au peigne fin les environs mais en vain.

Les préjudices déclarés à la police s’élèvent à cinq millions d’ariary. Aux dernières nouvelles, la brigade criminelle travaille de concert avec la police du commissariat d’Ambohimanarina dans le cadre des investigations. Aucune arrestation n’est signalée jusqu’à maintenant. Les recherches se poursuivent.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter