Océan indien

Coronavirus – Des mesures insuffisantes aux Comores

Le site d’isolement des rapatriés de Chine est situé à une dizaine de kilomètres au nord de la capitale, Moroni.

Les autorités comoriennes ont créé un site d’isolement pour ceux en provenance de Chine. Mais les familles s’inquiètent du sort des étudiants restés là-bas.

Le gouvernement comorien admet que la situation nécessite de conditions spécifiques et assure les mettre en place au fur et à mesure, avec l’aide notamment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur place.

Les réseaux sociaux s’embrasent, eux, avec des vidéos du site d’isolement, basé à une dizaine de kilomètres au nord de la capitale, où les Comoriens en provenance de Chine sont conduits pour quatorze jours de quarantaine.

Le problème, outre la cohabitation hommes/ femmes, ce sont les arrivées par vague. Il y a eu cinq personnes dans un premier temps ; elles sont douze à ce jour, et d’autres qui suivront. Or le site qui les accueille est un logement de fonction militaire où vivait une famille de quatre à cinq personnes.

Les vidéos font état de conditions d’hygiène déplorables, sans parler de la peur de la transmission du coronavirus avec une telle promiscuité.

Faim

Le ministère de la Santé concède que le dispositif n’est pas parfait mais affirme qu’il évolue constamment, tout comme le confort des personnes accompagnées.

Les autorités sont d’ailleurs en quête de nouveaux locaux. Elles assurent également être à la recherche de solutions, avec le gouvernement chinois, pour les étudiants qui sont restés là-bas et qui craignent davantage de mourir de faim que des suites de la maladie. En effet, ils sont isolés chez eux, les magasins sont fermés et ils n’ont plus la possibilité de recevoir de l’argent.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter