TOLIARA - Le nourrisson volé retrouve sa mère


Le bébé volé dans une clinique à Tanambaoa été retrouvé dans une maison située dans le quartier d’Ankilimarovahatsy, à la sortie de Toliara sur la RN7 vers 3 heures, hier matin. La police s’est mobilisée pour effectuer les recherches durant la journée de mardi où le bébé a disparu de l’hôpital et jusqu’au petit matin. Hier, le commissaire central de Toliara, le procureur et un médecin ont apporté des explications, non pas sur le mobile qui a motivé le vol du bébé, mais pour confirmer que le bébé a été retrouvé. « Le nourrisson a été retrouvé à Ankilimaro­vahatsy. On l’a tout de suite ramené à sa mère car le bébé était déjà très faible », explique le commissaire central de Toliara, François Lapely. Le procureur général de Toliara a accompagné les forces de l’ordre dans la recherche de l’enfant. Lors de la découverte de la maison indiquée comme abritant le bébé et ses ravisseurs, une femme a fait semblant d’allaiter le bébé et elle-même s’est habillée comme une récente accouchée avec un pantalon, des chaussettes, un bonnet et un pull. « Nous avons même testé la capacité mentale de cette femme en l’emmenant chez un psychiatre. Il s’avère qu’elle est des plus normales », explique Risite, procureur de Toliara. Un médecin légiste a confirmé également devant la presse hier, qu’après des prises de sang, la femme n’a pas du tout de lien avec le nourrisson. Ce dernier a retrouvé les seins naturels de sa mère plus de vingt huit heures après sa naissance. Enquête Trois femmes ont été arrêtées et sont encore enquêtées. Une sage-femme travaillant à la clinique, une responsable de l’accueil de la clinique et la femme chez qui le bébé a été retrouvé. Aucune information sur le pourquoi du vol n’a été donnée hier, car les autorités disent être « en pleine enquête ». Des bribes d’information avancent tout bas que la femme se déguisant en récente accouchée, lors de son arrestation, est la même que celle qui s’est déguisée en sage-femme à la clinique pour prendre l’enfant et la même que celle aperçue sur les caméras de surveillance de la clinique. Le propriétaire de la clinique a admis une part de négligence du centre de santé. « Sans la complicité de quelqu’un dans la clinique, le vol du bébé n’aurait pu se faire. Il y a des angles de vue impossibles à tracer par les caméras, ce que seuls les membres du personnel connaissent », explique-t-il sur une télé­vision privée locale. D’autres sources encore non officielles suggèrent que la femme aurait voulu garder l’enfant car elle ne pouvait en avoir. En tout cas, la polémique va bon train à Toliara, dans les rues, au marché, dans les bureaux et sur les réseaux sociaux, en attendant les résultats des enquêtes de la police et de la justice. Mais nombreux saluent le retour de Matio Masinandro, le petit garçon volé, auprès de sa jeune mère.
Plus récente Plus ancienne