Accueil » Sport » Haltérophilie – La fédération met les points sur les « i »
Sport

Haltérophilie – La fédération met les points sur les « i »

Rappel à l’ordre. En voyant une affiche d’une compétition de bodybuilding publiée dans les réseaux sociaux sans demander l’autorisation de la Fédération Malgache d’Haltérophilie, de Musculation et du Culturisme (FMHMC) et aussi la Fédération Malgache de Bodybuilding, le président de la FMHMC Jean Alex Harinelina Randriamanarivo tient à avertir tout organisateur qui concocte des événement sportifs sans passer par les dirigeants de mouvements sportifs.

« Des étrangers publient dans facebook la tenue d’une compétition de sélection prévue le 1er février en vue du Mondial en juin 2020 et d’un tournoi de l’océan Indien en mai 2020. Ces derniers promettent en plus des primes aux athlètes locaux dans le but de les convaincre facilement… Nous considérons cet acte d’usurpation de fonction », a fait savoir le président Harinelina Randriamanarivo hier au siège du Comité Olympique à Ivandry. « Nous avons déjà informé le ministère de la Jeunesse et des sports de cette situation… Nous tenons à rappeler que seules les instances fédérales ont le droit d’organiser ce genre d’événement », poursuit-il.

« Nous allons désormais avertir les ambassades que, sans l’autorisation des fédérations na­tionales, aucun athlète malga­che ne peut sortir du territoire malgache pour représenter le pays à l’étranger », précise le numéro un de la fédération. Celle-ci portera plainte si ces organisateurs d’événement cité ci-dessus persistent. « Et pour le cas des athlètes qui participent à cette compétition « clandestine », ils seront radiés des compétitions fédérales » conclut-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi