Accueil » Politique » Farafangana :: Nomination d’un nouveau préfet
Politique

Farafangana :: Nomination d’un nouveau préfet

L’assainissement se poursuit à Farafangana. Après l’évasion dans la maison de détention qui a coûté la vie à vingt trois prisonniers, la nomination d’un nouveau préfet pour ce district a été prise en Conseil des ministres, mercredi. Amélie Zara a été désignée pour occuper le poste de représentant de l’État dans la préfecture de Farafan­gana. C’est la suite logique de la tragédie survenue dans la région Atsimo Atsinanana, le dimanche 23 aout, estiment la plupart des observateurs.

La sanction débute dans les rangs des hauts employés de l’Etat qui ont manqué à leur obligation le jour du drame. Après la mutinerie dans la prison de Farafangana, la maîtrise de la situation s’avère difficile « faute d’organisation entre les autorités locales », d’après ce que le ministre de la Justice Johnny Richard Andriamahefarivo a fait savoir lors de son intervention sur l’affaire. En attendant les résultats de l’enquête ouverte dans le milieu carcérale, les hauts responsables commencent à en faire les frais.

Le dysfonctionnement de la structure locale face à une telle situation est à la base de ces mises à pied. Si le drame a explosé vers midi à 12 heures 15 minutes, le dimanche 23 aout, le premier rapport récolté sur place n’a été transmis qu’à 16 heures. Le ministre de la Justice a parlé d’irresponsabilité du fait qu’aucune information n’a été disponible au moment où l’évasion massive s’est produite. Aucun responsable n’a fait à temps le compte rendu sur l’évènement. C’est ainsi que « les éléments des forces de l’ordre ont cherché à maîtriser la situation sans avoir reçu l’ordre de tirer ce jour là. Ils n’ont fait qu’essayer de capturer les détenus éparpillés dans la ville », a-t-il remarqué. Notons que le procureur du tribunal de Fara­fangana a été déjà remplacé lors de la réunion du Conseil supérieur de la magistrature tenue au début du mois de septembre. « La raison de son limogeage est une faute professionnelle suite à ses absences répétitives à son poste », note une source.

Le Conseil des ministres du mercredi a également procédé à la nomination des chefs de district en la personne de Antoni Mariaritovo Rakoton­dratsimba pour Maroantsetra et Claude Ramamonjisoa Mamitiana Belamy pour Isandra. Ces deux districts connaissent parfois des historiques assez importantes en termes d’insécurité, comme la lutte contre les attaques de dahalo menée dans le district d’Isandra. Des efforts ont été entrepris dans cette zone pour restaurer la paix. Pour Maro­antsetra, le dernier cas rappelle le mécontentement populaire qui s’est achevé par l’incendie du bureau de la Jirama suite à de longues coupures d’électricité.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi