Chronique

Chronique de VANF : Dessine-moi une Karenjy

Madagascar appartient au club très fermé des pays qui ont produit «l’invention majeure du XXème siècle» : l’automobile. Les images de la papamobile du Pape François en font foi. Les pays «automobile» ne sont pas légion et la grande île se retrouve en bonne compagnie : allemagne, Italie, France, Espagne, Tchéquie, angleterre, suède, roumanie, russie, États-Unis, chine, Inde, Japon, corée du sud, Malaisie, Brésil, Pays-Bas (avec la confidentielle donkervoort).

Certes, la Karenjy Mazana et ses phares ronds ne vieillira pas aussi bien qu’une Lada Niva ; ne deviendra pas collector comme la BMW 2002 ; n’a pas les mêmes capacités 4X4 que la range rover classic ; et ne passera pas à la postérité comme la VW coccinelle ou la 4L à laquelle elle emprunte le faciès. On devine à sa silhouette, disons particulière, qu’elle n’eut pas droit à une équipe de chez Pininfarina (comme la Peugeot 504 dont une version pick-up avait été transformée en papamobile pour Jean-Paul II) ou qu’une pointure comme Peter schreyer (audi TT, Kia sportage II) n’a pas esquissé son croquis sur un coin de nappe, comme dans les belles légendes automobiles.

Par ces temps de susceptibilité chauvine, surtout que la Nonciature a eu la (bonne) idée de l’utiliser en papamobile, la Karenjy ferait presque partie du patrimoine national. comme le rova. comme le ravintoto. critiquer la Karenjy sur son design, qui ne fait pas l’unanimité, en deviendrait un acte de trahison. Pourtant, à sa naissance, dans les années 1980 qui s’autorisaient encore des excentricités de style, cette auto n’était déjà pas une gravure de mode.

En 1992, stagiaire chez Midi-Madagasikara, on allait en reportage à son bord : équipement chiche, confort spartiate, moteur arrière bruyant. La seule singularité sympathique, c’était sa carosserie en fibre de carbone, une innovation de l’IMI (institut…d’innovation malgache). En ces années 2010, j’en avais croisé une à antsirabe, conduite par un couple de Vazaha : la voiture sortait des chaînes d’assemblage, mais son radiateur fuyait déjà, au grand dam de son propriétaire qui voulait sans aucun doute faire original. J’ai vaguement entendu comme «vita gasy» dans son courroux étouffé.

De mémoire, il semble que les moteurs étaient de renault 18 ou 21, selon les modèles. Les phares de 4L (ou de dauphine, c’eût été tout comme). Un joyeux patchwork comme plus personne n’en fait : même les chinois ont appris à ne plus copier sans talent les modèles européens (une pâle copie de BMW X5, première génération) ou japonais (un vrai faux HdJ80). Il y a 25 ans, il se disait qu’une version plus tendance de chez Karenjy était devenue la daihatsu rocky : il semble cependant difficile de croire à quelque lien de parenté entre une inénarrable Karenjy et une Freeclimber de chez le carrossier haute couture Bertone. «Dessine-moi un mouton»… Tout le monde connaît l’histoire du «Petit Prince». Voilà cinq ans, un jeune (il serait «senior» à l’heure qu’il est) designer malgache, Harvey rabenjamina, avait dessiné un modèle pour la marque Lotus : accepteraitil une pige pour faire d’une Karenjy cruiser autre chose qu’un modèle unique de rusticité plastique ?

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter