Accueil » A la une » Ambositra – Une écolière torturée et violée décède
A la une Faits divers

Ambositra – Une écolière torturée et violée décède

(De  g.  à  dr.)  Le  médecin  chargé  du  constat,  le  maire de  la  commune  urbaine  d’Ambositra  et  un  membre de  famille  de  la  victime.

Rouée de coups, étranglée et violée, une écolière de 11 ans est décédée vendredi soir à Est Vinany, à Ambositra. Une première arrestation a été signalée.

Odieux. Une fillette de 11 ans, victime d’une agression sexuelle et de torture, est morte vendredi, à Ambositra. Elle était issue d’un milieu défavorisé dans l’Est Vinany et étudiait à l’école primaire publique « manara-penitra ». Son père est un tireur de poussepousse. Sa mère a une mobilité réduite.

Elle a été envoyée faire les courses, le mercredi 6 juillet. Elle n’est rentrée que vers 21 heures. Elle n’a rien dévoilé à son retour. Mais elle s’est plainte d’avoir mal. Ses parents n’ont pas pensé la conduire à l’hôpital, faute d’argent. Le lendemain, ils lui ont juste fait un massage des pieds. Or, une trace d’étranglement, des blessures et hématomes ont été relevés sur son corps.

Elle a commencé à gémir de douleur. Elle a décidé de raconter à sa mère ce qui lui était arrivé. Ce que sa famille a répété à notre consœur locale, Liva Ramangason : « Elle était allée aux environs de Volafotsy, ce mercredi-là. Une femme l’avait appelée et lui avait dit: Viens  ! Tu vas avoir un rapport avec quelqu’un. Mais elle lui avait répondu : Je ne pourrai pas faire ça ! Je suis encore petite, je dois rentrer ! »

Détériorés

L’enfant aurait été capturée et livrée au(x) violeur(s). Elle aurait tenté de leur résister, mais en vain. Après des soins ordinaires à domicile, elle avait succombé dans la soirée de vendredi. Mais avant de rendre son dernier souffle, elle avait cité les noms de ses bourreaux.

« Nous sommes venus chez elle [ndlr : la famille endeuillée] samedi matin à 7 heures où nous avons pu assister à l’autopsie. Le médecin nous a expliqué que la fille avait été abusée sexuellement. Il a noté la présence de sperme dans son vagin. Selon lui, d’autres organes ont également été détériorés à cause de la pénétration  brutale », explique la journaliste.

« Une grande plaie est visible dans le derrière de la défunte. Concernant les contusions sur le corps, le médecin suppose qu’elle avait essuyé des coups à cause de sa résistance. Il ne peut pas déterminer combien étaient les violeurs », enchaîne-t-elle.

La femme qui avait entrainé la fille, a été arrêtée. Le(s) pédophile(s) est (sont) toujours recherché (s). Haingo Nambinina, maire de la ville, a aidé la famille dans la préparation des funérailles.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter