Accueil » A la une » Andry Rajoelina – « Plus aucun malade ne doit être refoulé »
A la une Politique

Andry Rajoelina – « Plus aucun malade ne doit être refoulé »

Le  couple  présidentiel  a  inauguré  hier  le  Centre  de  traitement d’Ivato.

Le Président de la République a inauguré le premier centre de traitement Covid-19, hier, à Ivato. Dans son allocution, il a déclaré que dorénavant, tous les malades doivent être pris en charge.

C’est inacceptable. Ces mots sont ceux de Andry Rajoelina, président de la République. Il s’agit d’une réaction face aux informations selon lesquelles, des hôpitaux refuseraient de prendre en charge des malades du coronavirus.

« Je ne veux plus entendre que des malades qui se sont adressés aux hôpitaux ont été refoulés », lance le Chef de l’Etat. Une déclaration qu’il a faite dans son allocution durant la cérémonie d’inauguration du Centre de traitement Covid-19 (CTC), au Business Mining center, Ivato.

Le local qui abritait, jusqu’ici, le Centre de commandement opérationnel Covid-19 (CCO), est donc, réaménagé pour accueillir les personnes contaminées par le coronavirus. Le CCO quant à lui, déménage au Centre de conférence internationale (CCI), toujours à Ivato.

Depuis l’explosion des cas de contamination, des personnes présentant des symptômes à un stade plus ou moins avancé ou leur famille, font part de leur déconvenue. Des hôpitaux auraient refusé, en effet, de les prendre en charge. Ceux qui en ont les moyens, s’orien­tent vers des cliniques ou centres de santé privés. A entendre le discours présidentiel, cependant, les informations qui lui sont parve­nues rapporteraient que des malades refoulés auraient succombé à la maladie.

Des sources médicales confient, cependant : « Nous sommes submergés. Nous sommes obligés de faire des choix ». Par manque de lits disponibles, ou d’insuffisance du nombre d’appareils respiratoires, les hôpitaux seraient, obligés de se résigner à faire le tri des patients. Ceux qui présentent des formes graves auraient été privilégiés, depuis un certain temps. Il faut, en effet, plusieurs jours de soin, pour un malade de la Covid-19. Cela crée des embouteillages aux portillons des hôpitaux.

Mille lits et mille respirateurs

Il y aurait, par ailleurs, un écart entre les chiffres officiels communiqués aux autorités et la réalité dans les hôpitaux. Des patients présentant des symptômes du coronavirus à un stade sérieusement avancé, seraient, également, pris en charge. Les résultats des dépistages faits sur ces personnes ne seraient, toutefois, pas encore connus. Aussi, « ils ne sont pas encore comptabilisés parmi les patients atteints de Covid-19 », ajoute une des sources contactées.

Alors que les autorités se fixent comme challenge d’avoir les résultats des tests, en soixante-douze heures, la réalité est toute autre. Des personnes ayant passé le protocole de dépistage PCR doivent attendre plus d’une semaine pour être fixés sur leur sort.

La prise en charge des cas graves, par ailleurs, serait, particulièrement, éprouvante, à la fois sur plan physique, que psychologique, pour les médecins et le personnel de santé.

La déclaration présidentielle d’hier, découle, toutefois, de l’ouverture des Cen­tres de traitement Covid-19. « Ce centre peut accueillir des patients dès cet après-midi », affirme Andry Rajoelina, en parlant de celui d’Ivato.

Le site a une capacité de quatre-cent lits. Il accueille les personnes présentant des symptômes modérés, mais peut aussi, prendre en charges des cas graves. Le Président annonce, du reste, que deux autres CTC seront opérationnels dans les prochains jours.

D’une capacité de trois cent lits chacun, un CTC sera installé au Lycée technique professionnel (LTP), Alarobia et un autre au stade annexe du palais des sports, Mahamasina. En tout donc, les CTC pourront accueillir un millier de patients.

Le Chef de l’Etat indique qu’une commande d’un millier d’extracteurs d’oxygène individuels a été passée. Le matériel à l’hôpital d’Anosiala, notamment, aurait, également, été renforcé pour augmenter la capacité d’accueil. L’hôpital « manarapenitra », et le Centre médical Covid-19, tous deux à Andohata­penaka, seront, également, mis à contribution pour accueillir des cas graves.

La stratégie étatique est donc, non seulement, d’augmenter la capacité d’accueil, mais aussi, de concentrer les prises en charge des malades. Ceci afin d’améliorer la qualité des soins et, de ménager le personnel de santé. Les CTC seraient érigés en centre de référence pour l’application du protocole de traitement à base de CVO, « pour les patients consentants ». L’objectif étant d’atteindre jusqu’à plus de 90% de taux de guérison.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi