Faits divers

Match Barea-Tunisie – La police évite les incidents pendant la liesse

Le DGPN, Dany Marius Rakotozanany (à g.) et le DIRCAB, Albert Estel Ainanirina  (à dr.) rencontrent une dizaine de journalistes, hier, à Anosy.

Des milliers de policiers se déploient, dès ce matin, dans la capitale avec ses principes de précaution. La liesse collective s’emparerait des supporters des Barea, cette nuit.

Tout est permis, mais sans dégât. Comme tous les supporters des Barea, le ministère de la sécurité publique espère, également, une victoire de cette équipe face à celle de Tunisie, cette nuit. Du coup, mille trois cent cinquante policiers rayonnent partout, dès ce matin, dans la ville pour assurer la sécurité publique, organiser la circulation et principalement pour prévenir les incidents majeurs qui pourraient survenir en cas de réjouissances débordantes.

Lors des huitièmes de finale où Madagascar a vaincu la République démocratique de Congo, certaines personnes, ivres de joie, ont dressé des barrages dans la rue, empêché les véhicules de passer et sont allées jusqu’à monter sur les toits ou capots des voitures. Ce qui pourrait générer des accidents, d’après les explications du directeur de cabinet (DIRCAB) du ministère, le commissaire principal de police Albert Estel Ainanirina.

Le lendemain du dernier match, aucune plainte n’aurait été reçue au niveau du commissariat central, quant aux éventuels accidents corporels ou destructions de biens d’autrui. La Police nationale, selon son directeur général (DGPN), le commissaire divisionnaire de police Dany Marius Rakotozanany, ne cesse de rappeler les respects des uns et des autres pour que la liesse se déroule toujours sans anicroche.

Prudence
Toutefois, les policiers déployés guetteront évidemment les profiteurs ou infracteurs. « Cette fois, la fête se poursuivra sûrement jusqu’à l’aube. Nous ne fermons donc pas les bars comme d’habitude à 21h », explique le DGPN.

Presque tous les services de police travailleront de jour comme de nuit durant ces quarts de finale. La compagnie urbaine de la circulation (CUC) se charge, pour sa part, de ce qui concerne uniquement l’organisation de la circulation. Une sensibilisation et un contrôle sont prévus, notamment pour les motocyclistes à triple montée voire plus, et notamment ceux sans casque. Certains automobilistes ont, parfois, tendance à
rouler à un train d’enfer et conduisent dangereusement, parfois sous l’effet de l’alcool, ce qui pourrait être fatal. Une telle circonstance aggravante est à éviter, selon la police.

Celle-ci fait alors appel à la prudence de tout un chacun, que ce soit dans la rue, à la beuverie, ailleurs ou chez-soi pendant le match de cette nuit.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter