A la une Magazine Sport

CAN 2019 – Barea-Aigles de Carthage – Madagascar aux portes des demi-finales

La Grande île affrontera une référence du continent, ce soir. La Tunisie, 25ème du classement mondial FIFA, en est la deuxième nation africaine.

Les Barea demeurent confiants avant d’affronter les Aigles de Carthage.

Un monde d’écart. La Tunisie se trouve à la 25ème position au classement mondial « FIFA Rankings ». Pour sa part, Madagascar occupe le 108ème rang mondial. Quatre-vingt trois places séparent les deux nations, qui s’affronteront ce soir au stade Al-Salam, à 21h, heure locale, et 22h, heure malgache, dans le cadre des quarts de finale de la CAN.
Toutefois, se référer uniquement à ce classement fausserait tous les pronostics. En effet, les Tunisiens sont en difficulté au cours de cette CAN. Avec trois résultats nuls en trois rencontres, ils se sont qualifiés in extremis pour la phase à élimination directe. En huitièmes de finale encore une fois, ils ont été tenus en échec par le Ghana dans le jeu, 1-1 au terme des prolongations. Ils s’en sont finalement sortis aux tirs au but. L’équipe d’Alain Giresse n’est pas au mieux de sa forme, au vu de ses précédentes prestations, contrairement à la formation de Nicolas Dupuis.
En face, Madagascar surfe sur une courbe ascendante. La révélation de cette édition 2019 séduit par son jeu et par la solidarité de ses joueurs.

1,75 but par match
Et surtout, il se repose sur l’une des meilleures attaques de la compétition. En quatre rencontres, Carolus, Faneva et compères ont toujours trouvé le chemin des filets. C’est grâce à leur efficacité que la sélection malgache affiche aujourd’hui un bilan de 1,75 but par match.
La Tunisie est la deuxième nation africaine, certes. Mais les Barea n’entendent pas se laisser impressionner pour autant. « Peu importe l’adversaire qui se dresse en face de nous. On est prêt à donner notre maximum. On ne va pas se prendre la tête pour ça. En tant que compétiteur, on doit avoir un mental de gagnant, peu importe qui se trouve en face », annonce notamment Lalaina Nomenjanahary alias Bôlida.

Avec la VAR, l’arbitre peut consulter les « replay » sur le bord du terrain.

Arbitrage – Entrée en vigueur de la VAR

Ahmad l’avait annoncé avant la CAN. La VAR ou « video assistant referee » sera utilisée à partir des quarts de finale, dont l’affiche Madagascar-Tunisie de ce soir au Caire. Une décision prise par le Comité exécutif de la Confédération Africaine de Football, avant le coup d’envoi de la compétition. Certes, la VAR est connue par tous les footeux. Mais il est toutefois important d’effectuer un survol, pour bien la comprendre.

Quel est le rôle de la VAR ? L’assistance vidéo n’est pas là pour remplacer le corps arbitral, mais plutôt pour l’épauler. Et ce, dans les situations difficiles. À terme, la dernière décision appartiendra toujours à l’arbitre. Nuance toutefois, car la VAR ne garantit pas pour autant un arbitrage infaillible. Depuis son entrée en vigueur, elle a même entrainé de nombreuses polémiques.
Quand utiliser la VAR ? L’arbitre a recours à l’assistance vidéo dans quatre cas de figure uniquement. Premièrement, après un but marqué, validé ou non. Deuxièmement, sur une situation de penalty, sifflée ou non. Troisièmement, sur une exclusion directe. Et quatrièmement, sur une erreur d’identité. La VAR est utilisée en uniquement en cas d’erreurs claires et évidentes, ou bien d’incidents non détectés par l’arbitre.

Conséquences
Comment la VAR est-elle utilisée? Trois situations peuvent survenir. Primo, il y a le contrôle silencieux, opéré depuis la cabine d’assistance vidéo. Secundo, il y a le contrôle oreillettes, quand l’arbitre communique directement avec la cabine. Et tertio, il y a le visionnage, lorsque la cabine analyse la situation et que l’arbitre central visionne la vidéo.

Quelles sont les conséquences pour les spectateurs ? Pour ceux qui se trouvent devant leurs téléviseurs, ils n’auront aucun mal à comprendre la situation, les diffuseurs proposant les mêmes angles de caméra que la cabine d’assistance vidéo. Par contre, pour les spectateurs installés dans les tribunes et les gradins, c’est moins évident, sachant qu’ils n’ont pas accès direct aux « replay » analysés par la cabine.

Dupuis reste humble avant d’affronter la Tunisie.

Nicolas DUPUIS – « On reste les outsiders »

Les Barea préfèrent garder le costume de Petit Poucet, d’après le sélectionneur Nicolas Dupuis, hier en conférence de presse d’avant-match. « On reste outsiders. Ça nous convient bien. On jouera sans pression. Mais notre CAN est déjà réussie quoiqu’il arrive. Ça restera gravé pour toujours… Quoi que, on n’a pas envie de rentrer de sitôt », a-t-il déclaré, avant la prochaine confrontation avec la Tunisie, ce soir au Caire, en quarts de finale de la CAN.
D’après le technicien français, Madagascar et la Tunisie s’appuient à peu près sur le même jeu : « La Tunisie est une équipe qui devrait jouer différemment. Je peux assurer que, demain, on aura un très bon match. La Tunisie et Madagascar ont à peu près les mêmes profils : possession, jeu de passes, techniques. Et quelque part, le jeu de la Tunisie nous convient. En tout cas, on aura un très bon match. On prendra du plaisir. C’est le mot d’ordre ». Carolus Andriamahitsi­noro a aussi martelé qu’il s’agissait d’un grand d’Afrique, 25ème au classement mondial faut-il le rappeler : « La Tunisie est un très grand pays. C’est sûr que le match de demain sera un très bon match. En tout cas, les joueurs de Madagascar ont un très bel état d’esprit »
Entre la phase de groupes et son match de huitième de finale face à la République Démocratique du Congo, la sélection malgache avait bénéficié de toute une semaine de repos. Cette fois-ci, les Barea n’ont eu que trois jours pour récupérer, avant de défier les Aigles de Carthage. Et bien évidemment, l’impact sur les organismes des joueurs s’en ressent. « On doit gérer la fatigue et les blessures. On risque de changer de système de jeu et même de joueurs »¸ a conclu Dupuis.

Premiers rentrants – Retour de Marco dans l’entrejeu

Marco Ilaimaharitra retrouvera certainement le onze de départ de la sélection malgache, ce soir, à l’occasion du match des quarts de finale de la CAN face à la Tunisie. Le milieu de terrain de Charleroi SC avait reçu deux cartons jaunes, lors de la phase de poules. Le premier contre la Guinée durant la première journée, le second contre le Nigéria durant la troisième et dernière journée. Il avait manqué les huitièmes de finale face à la République Démocratique du Congo. Après avoir purgé sa suspension d’un match, il recouvrera sa place de titulaire, laissée à Rayan Raveloson dimanche dernier.
Nicolas Dupuis lui-même concède que sans Marco, l’équipe est « diminuée ». En effet, le milieu de terrain, qui fêtera ses vingt-quatre ans le 26 juillet prochain, forme un trio redoutable avec Ibrahim Amada et Abel Anicet Andrianantenaina. Ensemble, ils ont réalisé une phase de groupes remarquable, ponctuée par une performance collective de haut vol face au Nigéria. Si les Super Eagles n’ont jamais semblé en mesure de revenir au score face aux Barea, c’est grâce au triangle qu’ils forment et qui a contrecarré la majorité des attaques nigérianes.

Faneva ANDRIATSIMA – « Nos condoléances à la famille de Jaona »

Les Barea sont concentrés sur la CAN. Mais ils n’oublient pas leurs compatriotes pour autant. Dans un message publié sur les réseaux sociaux, le capitaine Faneva Andriatsima s’est adressé à la famille de Jaona Randriarimalala, entrepreneur de renom, ancien député et pilote automobile décédé subitement dimanche, alors qu’il assistait à la confrontation entre la sélection malgache avec la République Démocratique du Congo, pour le compte des huitièmes de finale. « Nous adressons nos sincères condoléances à la famille de Jaona Élite », déclare Faneva Ima dans une vidéo publiée sur Facebook.
Comme quoi, les joueurs partagent la douleur de la famille du défunt, qui portait un maillot des Barea quand il a été victime d’un arrêt cardiaque, dimanche soir.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter