Economie

Calendriers culturaux – Les agriculteurs s’informent par téléphone

Le ministre de l’Agriculture, Lucien Ranarivelo, en pleine démonstration de l’effectivité de la hotline.

Il est désormais possible d’obtenir des informations agro météorologiques via une hotline. Une autre stratégie de lutte contre le changement climatique.

Bienvenue sur le 321. C’est la première réponse de l’opératrice après la composition de la hotline Airtel. Une plateforme d’informations digitales via un serveur vocal interactif, s’annonce aux agriculteurs comme une solution de proximité aux recherches d’informations. Une réalisation qui s’effectue par l’intermédiaire de la téléphonie mobile. Une orientation maximale y est proposée parmi neuf thèmes. Appuyer, par la suite, sur le chiffre 1 du téléphone pour obtenir des informations sur l’Agriculture. « Veuillez appuyer sur 4 pour des précisions sur les calendriers culturaux, appuyez sur 2 pour marquer la région dans laquelle vous développez votre agriculture et encore sur 3 pour le type de culture que vous entreprenez », explique l’opératrice.

Les données agro météorologiques aussi importantes que les informations sur le marché, permettent aux agriculteurs de faire face au changement climatique dans la gestion de leurs activités agricoles. « Quatre principaux produits ont été choisis à ce premier lancement officiel des calendriers culturaux sur la hotline. Le riz sur plateaux et sur bas fond, le maïs, l’arachide et le gingembre », explique Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche. « Les appels sont gratuits six fois par mois via le 321 pour les abonnés Airtel, et 200 ariary à partir du septième appel », précise le directeur marketing de l’opérateur en téléphonie mobile. Tout type de téléphone peut accéder au serveur vocal interactif et près de trois millions d’abonnés peuvent ainsi y accéder.

Productivité
L’élaboration des messages clés disponibles dans la plateforme, a vu la contribution des diverses parties prenantes au secteur agricole. Les informations sont tirées des expériences vécues des agriculteurs, des propositions de solutions innovantes du secteur privé dans le domaine de la technologie, des avis techniques des ministères de l’Agriculture et de la météorologie. « La généralité sur la spéculation choisie, le cycle et la période de semis, le terrain adapté au type de culture et les conseils agro météorologiques mensuelles et même des orientations vers d’autres alternatives de culture de contre-saison y sont même proposées », confortent les
précisions des techniciens. « Une meilleure productivité des quatre filières est ainsi attendue avec ce flux d’informations, rassemblées sur un seul outil », reprend le ministre de l’Agri­culture.

Ce projet d’Adaptation des chaînes de valeur agricoles au changement climatique (Prada) voit l’appui du gouvernement allemand et la GIZ, co-financé par l’Union européenne à travers l’Appui au financement de l’agriculture et aux filières inclusives (Afafi) Sud. La partie allemande a souligné l’importance de la lutte contre le changement climatique qui « n’est pas seulement un problème de la Grande île mais qui prend une envergure mondiale ».

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter