Accueil » Economie » Tourisme – Grosse pression pour l’ouverture des frontières aériennes
Economie

Tourisme – Grosse pression pour l’ouverture des frontières aériennes

Que vont décider les autorités ? Les professionnels du tourisme sont en effervescence. En premier lieu, ils invitent ceux qui travaillent dans le secteur du tourisme à se faire vacciner. Pour donner une garantie, même relative, aux prochains visiteurs dès l’ouverture des frontières aériennes. Car, ils seront en contact direct avec les étrangers venus découvrir les trésors cachés de la Grande île. Quand bien même des débats houleux se fassent jour sur la « validité » à l’international du Covishield injecté aux volontaires.

En second lieu, les groupements des acteurs du tourisme organisent des formations pour s’imprégner des protocoles sanitaires imposés ailleurs. Ils sont prêts à se soumettre à ces nouvelles règles pour rassurer tout le monde.

Enfin, la troisième édition du « Tsenaben’ny Fizahantany », un événement censé donner un coup de pouce au tourisme national, se tiendra du 8 au 10 juillet. Tout cela devrait pousser les décideurs à se poser une question. Le moment est-il venu pour rouvrir les frontières aériennes ? À l’origine d’une grosse polémique en 2020 par le retard de la fermeture à cause d’une valsehésitation en haut lieu. Alors que les trois premiers cas de contamination au coronavirus ont été « importés », selon la déclaration présidentielle y afférente.

Le tourisme et les transports aériens contribuent jusqu’à 15% du PIB. Avec de nombreux emplois directs et induits créés. Le tourisme a payé un lourd tribut de la crise sanitaire. Par le chômage technique de longue durée. Un secteur levier de la croissance économique. Avec les exportations du textile et habillement, et les produits miniers.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter