Accueil » Editorial » Fête des maires
Editorial

Fête des maires

Le président de la République a montré l’exemple hier à Ivato concernant ce qui devrait naturellement être la nature de la relation entre le chef de l’État et les maires. Le fondateur de l’IRD a remis au maire d’Ivato Penjy Randrianarisoa un camion benne et cinq bacs à ordures. Là où l’événement surprend c’est parce que le maire d’Ivato est un fervent militant TIM. À cause du fanatisme inculqué depuis vingt ans dans la pratique politique, on croyait qu’un tel rapprochement relevait de l’utopie. Depuis que l’ancien président de la République Marc Ravalomanana avait maltraité l’ancien maire d’Antananarivo aujourd’hui président.

L ‘ancien président était allé jusqu’à supprimer le statut spécial de la commune urbaine d’Antananarivo pour mener la vie dure au maire et surtout saquer la population de la capitale alors privée de beaucoup d’infrastructures et de confort. On connaît les conséquences de cette mesure aberrante pour la ville d’Antananarivo qui a du mal à s’en relever. Et ce n’est pas tout, les députés élus sous la couleur indépendant ou autre parti en 2003 et 2007, n’avaient pas droit aux avantages particuliers octroyés à ceux de la majorité de l’époque.

Le président a tiré au clair les choses hier en déclarant que « si la population a jeté son dévolu sur le maire TIM, c’est que c’est lui qu’elle souhaite diriger la commune. Mais la couleur politique ne doit pas être un obstacle dans les initiatives de développement.» Les rivalités politiques ne doivent pas sanctionner la population. Elles s’arrêtent à l’issue des élections pour laisser place au programme de développement.

Le président élu est le président de tous les Malgaches, de tous les maires, de tous les techniciens, de tous les élus, de tous les politiciens… Si par moment on se demandait si c’était vraiment le cas avec une impression de campagne électorale permanente, hier le président a levé les doutes.

Il y a beaucoup d’élus qui ne sont pas issus de la majorité. Si on bloque toute coopération avec eux, c’est la région, le district, la commune qui sont sanctionnés et non pas l’élu en personne. Ce qui est totalement injuste.

Outre le maire d’Ivato, Rajoelina a également surpris l’assistance en déclarant son soutien au nouveau coach des Barea la où certains s’attendaient à une guerre froide entre lui et Rabe. Il a pris tout le monde à contre pied avec comme objectif la qualification pour le Mondial 2022. L’élan est pris il reste à réussir le grand bond en avant. En attendant, régalons-nous avec le prolongement de la fête des maires.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter