Social

Environnement – Des entrepreneurs transforment des déchets

Des œuvres d’art tirées du recyclage ont été présentées lors du « Zéro waste festival ».

Créer de l’énergie, du biogaz à partir des déchets. Cette option n’est pas nouvelle dans les pays développés et commence à être promue. Cette vision a été partagée par l’un des participants au « Zéro waste festival », samedi à l’Is’art Galerie Tsiadana. L’idée consiste à pouvoir réduire la quantité de déchets tout en participant à l’amélioration de l’économie. Quelques entreprises débutent dans la réduction ou la transformation des déchets. L’entre­prise Violet produit des cosmétiques sans emballage. Eco-Bazar est l’une des premières entreprises à faire des distributions sans emballage. Green N Kool est acteur de l’économie sociale et solidaire, elle œuvre aussi dans le recyclage et la production de meubles avec des déchets. Ce ne sont que des exemples parmi d’autres.
« C’est important qu’on puisse diffuser les bonnes pratiques dès le jeune âge et dès aujourd’hui. Il ne faut pas attendre qu’on soit sous une montagne de déchets pour qu’on se rende compte qu’il fallait mieux gérer nos déchets. Des solutions existent. Ces entreprises favorisent à la fois l’économie malgache car ce sont des
services, des projets et des solutions. Et à la fois en appuyant sur le côté social, toutes ces entreprises ont fait le pari de payer convenablement leurs employés, d’avoir des politiques sociales innovantes, et environnementales. Grâce au zéro déchet, elles ont un impact environnemental beaucoup plus réduit », explique Jay Ralitera, co-fondateur du Réseau Climat Océan Indien.

Refus de déchets
Bon nombre de personnes travaillent dans le recyclage des déchets de façon informelle. L’investissement dans le zéro déchet contribue à la création de l’emploi vert. « Il faut voir comment on peut aider la population à valoriser et à trouver une source de revenus à travers les déchets, il y a beaucoup d’innovation », ajoute-t-elle.
« Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ». Refuser le déchet à tout prix, c’est le slogan véhiculé par « Zéro waste festival », lors de cette deuxième édition. Ce ne sont pas seulement les entreprises qui peuvent participer à la transformation de déchets. Afin de les réduire, la population est sensibilisée au non gaspillage. « Nous ne devrons pas acheter ce dont nous n’avons pas besoin. Il faut d’abord penser à refuser les déchets. Par exemple, des personnes consomment beaucoup de nourritures lors d’un buffet, et jettent les restes ensuite. », explique Sitraka Razanakoto, président de l’association Fakotôry.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter