Region

Législatives  – Démonstration de force de candidats à Antsiranana

Pour certains candidats, il suffit d’un véhicule équipé de sonorisation sillonnant la ville pour attirer l’attention.

Trente-cinq candidats vont s’affronter dans la région Diana. La campagne a débuté par des carnavals, les grands rassemblements étant réservés pour le week-end.

La campagne électorale en vue des législatifs est lancée. Depuis lundi, c’est le branle-bas de combat au sein de tous les quartiers généraux. La chasse aux électeurs a déjà commencé et les candidats ont exactement vingt jours, jusqu’au 25 mai, pour convaincre les citoyens à voter pour eux. Tous veulent devenir députés au soir du 27 mai, chacun à sa manière d’y parvenir.

Dans la région Diana, trente cinq candidats issus d’une demi-douzaine de partis politiques et d’associations indépendantes prennent part à la compétition pour cinq sièges. Certains candidats n’ont démarré leur campagne, qu’hier d’autres viennent de débarquer dans leurs territoires respectifs. La population n’a pas
encore vu leurs visages.

Outre le rassemblement dans leurs quartiers généraux, ils se sont  contentés de sillonner les rues avec  des voitures équipées de sonorisation mobile qui diffuse des clips, des chansons de candidats et des animations diverses pour inciter les électeurs à élire un candidat précis. En général, le grand rassemblement se
tiendra pendant le week-end.

Toutefois, dès le  premier jour, les candidats du  « Isika Miaraka amin’i Andry  Rajoelina » dans les chefs-lieux de district, et ceux qui  sont financièrement aisés,
ont fait une démonstration de force en organisant  un grand carnaval de voitures et  de taxis-bajaj. Jusqu’ici, aucun meeting n’a été organisé dans les lieux habituels de la capitale du Nord, comme le stade ou la place Ritz.

Opération de charme
Dans la ville d’Antsiranana, l’ancienne députée, Jocelyne Rahelihanta, porte-fanion de l’IMAR dans le district  de Diego-I, a mené une opération de charme auprès de la communauté musulmane  en louant des taxis-bajaj pour leur permettre de participer à son carnaval et en leur offrant du sucre, de la farine, de l’huile pour la
préparation du repas du  soir « Iftar». À Nosy  Be, la  candidate Christine Razafin­dravony ou Tatie Chris a commencé à faire le tour  des « fokontany » pour convaincre les électeurs  et  pour leur expliquer le véritable rôle d’un député. L’ancien député François La Banane, accueilli hier comme un héros par  la population nosybéenne à l’aéroport de Fascene, a tout de suite réuni des milliers  de partisans dans son fief à  Djamandzar. Cette fois, il  est  candidat indépendant et arbore  la couleur brésilienne, non plus le bleu blanc.

À Ambilobe, à Ambanja comme à Antsiranana-II, ce sont les candidats favoris qui  ont  commencé la  campagne électorale avec le tam-tam habituel. Les autres se font discrets dans leurs engagements. Et comme dans toute élection digne de ce nom, les résultats confirmeront ou non les spéculations. Que le meilleur gagne!