Culture

Exposition – Les tableaux anciens de Max se font rares

Max et les Ferrailleurs proposent des œuvres originales et marquées par l’histoire, à partir de ce jour.

Une épopée temporelle infinie à travers toute une collection d’œuvres d’art exceptionnelle, c’est ce que cet antiquaire passionné qu’est Bruno Chateauneuf ou Max pour les connaisseurs, nous invite à découvrir dans son atelier, à partir de ce jour jusqu’au 25 mai.
C’est du côté d’Isoraka dans la fameuse Rue de Russie que « Max et les Ferrailleurs » ouvre ses portes, un lieu de découverte, mais aussi de recueillement et d’échanges entre passionnés. Là où, d’une manière ponctuelle à chaque mois de mai et de novembre, le maître des lieux délecte le public d’une exposition de tableaux anciens authentiques et rarissimes.

Cette fois ci, Max nous propose une exposition qui s’affiche avec un grand sentiment de nostalgie. Mettant en avant une bonne trentaine de toiles et de tableaux datant de 1895 à 1950, elle nous convie à apprécier ces fresques anciennes qui ont une valeur inestimable, qui sont à acquérir pour tout bon collectionneur qui souhaite perpétuer leur histoire.

Ceci-dit, Max regrette qu’il y ait de moins en moins de Malgaches intéressés par l’acquisition de ces œuvres, ne serait-ce que pour leur valeur patrimoniale. « Suite aux expositions au Quai Branly, et au sein d’autres galeries d’art dans l’Hexagone concernant Madagascar, la demande autour de ces tableaux anciens est grandissante. Le marché européen est devenu friand des peintres malgaches et j’avoue sincèrement songer à poursuivre mes activités là-bas au-delà de cette année», confie-t-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter