Accueil » Social » Beheloke-Atsimo Andrefana – L’eau potable très problématique
Régions Social

Beheloke-Atsimo Andrefana – L’eau potable très problématique

La commune rurale de Beheloke, connue pour ses plages paradisiaques dans le sud-ouest de Madagascar, souffre du manque d’eau potable. Depuis près de trois semaines, les bornes fontaines ne donnent plus une seule goutte d’eau. Profitant de la célébration de la Journée mondiale de l’Eau a Efoetse, une commune située non loin de Beheloke, les habitants ont profité du passage des autorités pour crier leur mal. « Nous vous prions de voir de près ce problème de non approvisionnement en eau. Il n’a pu être résolu entre nous » livre un habitant à l’endroit du préfet de Toliara et du député de Toliara 2 entre autres.

Un château d’eau est installé à 6km de Beheloke, lequel tire sa source depuis Anakao, une autre commune plus au nord, située à une soixantaine de kilomètres. Le suppresseur n’est plus fonctionnel, faute de pièces mécaniques qu’il faut importer d’Allemagne ou de Suisse. L’ONG gestionnaire n’a pas fait suite à cet achat hors frontière.

Un autre ONG a profité de cette situation de pièce manquante et l’a achetée pour pouvoir en faire un projet de sensibilisation à la petite pêche avec la mise en place d’une petite chambre froide pour collecter les produits de mer. Le prix d’un bidon de 20l coûte pourtant 250 ariary, ce que les habitants n’arrivent pas à payer. Ces derniers demandent le retour d’un ancien gestionnaire, pilier de la mise en place du pipeline et du château d’eau, qui vend le bidon jaune à moins de 100 ariary. Actuellement, les pipelines subissent des actes de vandalisme et sont coupés pour faire boire le bétail sur les routes et les endroits non habités entre Anakao et Beheloke.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter