Accueil » A la une » Incertitudes totales – Doutes et suspicions
A la une Actualités

Incertitudes totales – Doutes et suspicions

Les nouvelles directives ont rendu obligatoire le port du cache-bouche.

La multiplication des contradictions entre experts et différentes autorités en la matière sème la confusion dans la lutte contre le coronavirus. C’est au tour du traitement à l’essai malgache qui attire l’attention.

Par son caractère inédit, il est de plus en plus compliqué de cerner le contour du virus corona. À propos du port des masques sur les lieux publics, par exemple, des hypothèses contradictoires se font jour. Un haut responsable chinois de la santé, cité par un magazine américain, explique que le tort des pays européens décimés par le covid-19 aura été l’oubli du port obligatoire de masque par la population toute entière. Une tradition bien ancrée dans les pays asiatiques faisant face à la pollution exécrable de l’atmosphère ambiante. Une disposition que ne partage pas Christophe Castaner, ministre français de l’Intérieur. Il a ordonné aux maires voulant imposer une telle mesure de renoncer à leurs initiatives. Peut-être, avait-il raison ?

Le lendemain, des scientifiques sud-coréens, du pays qui a su gérer au mieux l’actuelle crise sanitaire avec son long cortège funèbre, ont affirmé que même les filtres les plus élaborés, FFP2 et autres, peuvent laisser passer des particules nocifs pour se propager d’une victime à plusieurs autres. Que dire alors de l’efficacité des caches-bouches fabriquées par des entreprises franches malgaches du textile ? Qui ont trouvé dans cette reconversion une issue de secours salutaire. Du moins temporairement, car leur survie sur le long terme, dépendrait du retour à la vie normale dans les nations partenaires où se trouvent les « donneurs d’ordre ».

Traitement

Les États-Unis en l’occurrence avec les facilités offertes par l’AGOA en matière de taxes douanières et d’impositions fiscales. Puis les pays européens. Or, ces deux niches d’exportation se trouvent être des foyers de la pandémie du coronavirus. Personne ne peut prédire à quand tout va rentrer dans l’ordre. En attendant, ces caches bouches made in Mada­gascar vont être distribuées à ceux qui en ont le grand besoin. Soit, tout le monde. Pour se donner bonne conscience d’avoir pris la précaution nécessaire et utile.

Un autre débat agite le milieu scientifique. Le traitement adéquat pour anéantir le covid-19. Le professeur Didier Raoult depuis sa ville rebelle de Marseille avance la chloroquine et ses dérivées comme remède efficace. Érigé en héros chez lui, au même titre que Zinedine Zidane, sa démarche n’a jamais fait l’unanimité. Emmanuel Macron, voulant faire la part des choses, lui a rendu visite. Comme pour lui apporter une caution décisive dans ce débat d’école. Dans la foulée, le protocole malgache est au banc d’essai. Suscitant curiosité mêlée d’admiration à travers le monde.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mettons dans l’ordre les éléments décisionnels pour combattre la pandémie du covid-19 . Le confinement après maintenant 3 semaines en France n’a apporté que 15 % d’immunité collective alors que le déconfinement ne pourrait être envisagé que seulement si 60 % de la population est immunisée au risque de créer une « deuxième vague  » de contamination au SARS-Covid-2 . L’OMS parle d’une « résurgence mortelle » avec un déconfinement hâtif. Sinon à l’extrême il faudrait maintenir le confinement pendant 2 ans avec l’espoir d’un vaccin mais avec des conséquences économiques inimaginables . Les tests sérologiques pour définir la population guérie sont donc d’une importance capitale . Le traçage numérique avec l’ application Bluetooth a obtenu l’acquiescement du CNIL ( conseil national informatique et liberté ) en France malgré les levées de boucliers de la ligue des droits de l’homme sur une atteinte des libertés fondamentales d’aller et venir .Dilemme : 25% seulement de la population en France ont un smartphone sans parler des zones blanches .
    Les questionnements sur l’efficacité du confinement dans les pays pauvres comme Madagascar sont légitimes vue l’importance du secteur informel et la proportion énorme des couches vulnérables de la population . A ce jour il n’y a pas de consensus scientifique robuste qui admet l’efficacité du port de masque généralisé contre la contamination au coronavirus . L’OMS persiste à le clamer haut et fort . Et c’est la raison pour laquelle le ministre de l’intérieur Français avec le tribunal administratif a annulé les décrets municipaux sur le port obligatoire de masque .Les tests massifs de dépistage ont fait leurs preuves en Corée du Sud , Hong Kong , Singapour et en Allemagne en regard du taux de décès bas dans ces pays .Malgré quelques critiques de sa population La Suède maintient le cap avec l’espoir de voir l’immunisation de groupe venir à bout de l’épidémie . Pour le traitement il faudrait raison garder . Les essais cliniques  » discovery » de l’INSERM et « solidarity » de l’OMS avec les 4 molécules sont les seules études qui ont reçu à ce jour l’unanimité des chercheurs et scientifiques mondiaux . La rigueur méthodologique est respectée avec un cohorte suffisant de patients sains et malades randomisés en double aveugle . Les critiques sur les cas observationnels de Pr Raoult sont fondés parce qu’il n’y a pas de « groupe-contrôle » . Surtout l’hydroxychloroquine n’est pas d’une innocuité totale à la lueur des effets secondaires cardiaques mortels décrits .
    Notre pays est dans son bon droit de creuser dans sa pharmacopée traditionnelle afin d’apporter sa modeste contribution à la découverte d’un traitement ne serait-ce que pour ralentir ou atténuer les formes graves du Covid-19 . C’est un challenge qui nécessite beaucoup de modestie et de clairvoyance .

    • Bonjour,
      Globalement d’accord avec vous.
      Pour les masques, peut on donner raison à l’OMS sachant que la plupart des médecins, spécialistes compris, infirmiers,… (je travaille dans la santé) en portent régulièrement dans leur travail et il nous est recommandé d’en changer toutes les 6 heures surtout pour ceux qui sont en contact direct avec les patients ? Vous avez cité la Coréee du Sud mais n’oublions pas qu’en majorité, ils portent des masques (bien sur, il y a masque et masque …FFP3 étant le plus « efficace » mais rare)
      J’espère fortement que Madagascar apporte sa contribution même minime et que toute la population puisse en bénéficier, et que cela aide notre pays à se sortir de la pauvreté qui nous mine depuis tant d’années !