Region

Logement administratif du phare – Expulsions de deux squatters

Le directeur régional des Transports du Boeny, Ali Tabet, a tenu à apporter des explications sur l’expulsion la semaine dernière, de deux familles de retraités qui ont occupé un logement de fonction, à la Cité Phare à Anorimbato La Corniche.
«Le logement de fonction a été proposé à une vente-location à l’époque d’un ancien Premier Ministre en 1996. Mais le ministère des Transports a demandé l’annulation de la vente car c’est encore un logement de fonction. Les
occupants, un ancien gardien du phare et un maître du phare, actuellement à la retraite, ont alors refusé de quitter les lieux», explique le directeur régional.
Depuis près d’une décennie, les deux anciens employés du phare ont reçu une lettre de mise en demeure selon la décision en date du 7 avril 2010 stipulant l’abrogation de la vente-location de la cité. Puis, une autre convocation datée du 21 mai de la même année a suivi. Mais les concernés ont encore refusé de s’y plier. Le ministère du Budget a demandé une expulsion au procureur de la République du Tribunal de 1re instance de Mahajanga, en septembre 2010.
Les deux retraités ont, de leur côté, adressé une lettre au Tribunal et à la Cour d’appel en 2015, afin d’annuler ces décisions, mais par deux fois, ils ont été déboutés de leur demande.
La décision de la Cour d’Appel est ainsi irréversible, l’expulsion doit être exécutée. L’ancien gardien du phare a finalement accepté de partir, à la suite d’un compromis avec la direction régionale des Transports du Boeny. L’autre doit également quitter le logement de fonction.