Accueil » Chronique » Autorité, prestige et mystère
Chronique

Autorité, prestige et mystère

La folle intention d’interdire en cabine les valises à roulettes et les ordinateurs portables restera donc comme l’ultime fait d’armes d’un Ministre des Transports (et de la Météorologie) dont se sera finalement désolidarisé son collègue du Tourisme. Les ricanements sardoniques n’en finissaient plus et il était temps de siffler la fin de la récréation.

Depuis le 1er avril 2016, l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) interdit que les appareils fonctionnant avec des batteries à lithium-ion voyagent en soute et ils doivent donc être obligatoirement embarqués en cabine. La curiosité m’aura appris qu’à bord d’Air France, la compagnie qui relie désormais le plus assidûment Madagascar au reste du monde depuis le sabordage d’Air Madagascar, les appareils électroniques connectés (téléphones portables, tablettes, montres, etc.) peuvent être utilisés en cabine pendant toute la durée du vol, à condition que le mode avion soit activé tandis que les ordinateurs portables sont éteints et rangés seulement lors des phases de roulage, de décollage, et d’atterrissage.

Je suis également tombé sur une «Note de travail» de l’OACI, en date des 28 et 29 novembre 2018, qui recommande le «contrôle unique de sûreté». Simplement en professionnels du métier, mettre en place «des procédures pour s’assurer que les passagers et leurs bagages de cabine (comme les bagages de soute) ont été inspectés/filtrés au point d’origine et ensuite protégés contre toute intervention non autorisée, depuis le poste d’inspection/filtrage à l’aéroport d’origine jusqu’au départ de l’aéronef à l’aéroport de correspondance». Ce professionnalisme suppose la «reconnaissance de l’équivalence des mesures de sûreté» (sur le plan des résultats et pas uniquement le copier-coller de protocoles jamais suivis d’application stricte pour empêcher l’exportation frauduleuse de tortues endémiques, de kilos d’or ou de pierres précieuses). Pour éviter aux passagers le désagrément de multiples fouilles moyenâgeuses, le double (ou triple) emploi est «inutile entre des régimes éprouvés et bien établis». C’est en définitive la vraie question: le régime malgache de sûreté est-il éprouvé et bien établi pour mériter une reconnaissance d’équivalence?

Encore une fois «on ne demande certes pas à un Ministre d’être omniscient. Mais d’avoir tout de même le bon sens de s’entourer d’experts dans ses domaines, à lui Ministre, de moindre expertise. Un minimum de lecture, un brin de curiosité, un rien de culture générale» («L’œil cyclope du cyclone», Chronique VANF 24 février 2022). Finalement, moins disposer d’un diplôme (d’autant moins si celui-ci était faux) qu’avoir la lucidité humble de ses limites.

À la veille d’un autre remaniement ministériel, rappeler également cette réflexion du général de Gaulle: «L’autorité ne vas pas sans prestige (et) le prestige ne peut aller sans mystère. Car on révère peu ce qu’on connait trop bien». Le folklore d’un appel public à curriculum vitae, découvert par lubie voilà trente ans et perpétué depuis par routine, doit laisser place aux consultations discrètes et pas seulement par nostalgie d’une «antique déférence» ou «des règles d’autrefois». Ici, garder ses distances, c’est prendre de la hauteur.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter