Accueil » Editorial » TG Vous
Editorial

TG Vous

L’histoire est vraiment un éternel recommencement. On commémore aujourd’hui le 46 eme anniversaire de la mort du colonel Richard Ratsimandrava, Chef de l’État assassiné à Ambohijatovo six jours après avoir pris le pouvoir des mains du Général Gabriel Ramanantsoa, incapable de solutionner une crise au sein de l’armée, du PSM et des anciennes Forces républicaines de sécurité qui se sont mutinées au camp d’Antanimora.

Le Général Ramanantsoa avait échappé in-extrémis à un attentat chez lui le 31 décembre 1974 et a décidé de jeter les gants. Sa démission n’a pas pour autant résolu les problèmes. Le colonel Ratsimandrava a hérité d’une patate chaude. Quarante-six ans après, on court toujours derrière les vrais assassins hormis les cinq larbins condamnés à cinq ans de prison mais qui ont été amnistiés par Ratsiraka dès sa prise de pouvoir. Le général Gilles Andriamahazo, plus haut gradé et plus ancien dans le grade au sein de l’armée a pris le pouvoir et préside le directoire militaire. Il instaure tout de suite la loi martiale pour rétablir le calme.

On semble revivre la même situation avec cette tension entre l’opposition et le pouvoir. La mort de Ratsimandrava était précédée d’une lourde tension entre le colonel Bréchard Rajaonarison appuyé par les anciens membres des Forces républicaines de sécurité regroupés au sein de la police et le gouvernement.

On sent de plus en plus que la situation risque de dégénérer très vite avec l’escalade verbale, les insultes réciproques, les accusations et affabulations échangées au quotidien dans la guerre des ondes opposant les deux camps. Les arrestations arbitraires ou justifiées ne feront qu’envenimer la situation déjà viciée par des difficultés sociales diverses.

Dans les prochains jours la guerre risque de descendre sur le terrain si le trafic d’armes et l’arrivée de mercenaires dans le Nord était plus qu’une fiction.

À défaut d’un Gilles Andriamahazo, on a un président de la République élu, président de tous les Malgaches et non seulement de ceux qui soutiennent le pouvoir. Il doit ainsi prendre ses responsabilités pour sauver le pays d’une guerre civile. Il doit d’abord faire taire tout le monde pour éviter le scénario de la Radio des mille collines dont on connaît tous les conséquences. Comme il est le chef suprême des armées, il peut très bien déclarer l’état d’urgence ou la loi martiale s’il juge que la situation le mérite. En tout cas, il ne faut pas laisser la situation pourrir et aboutir à une issue dramatique comme il y a 46 ans. Toute hésitation peut coûter cher maintenant.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi