Faits divers

Toliara – Un garçon tué et déposé dans une salle de classe

La mère du garçon, au milieu, consternée.

Victime de crime barbare, le corps d’un garçon a été retrouvé dans une salle de classe du lycée Antaninarenina, à Toliara, hier. Il s’est fait voler son œil.

A fendre le cœur. Un petit garçon de 6 ans a été assassiné et déposé dans la salle de classe de première A du lycée Antaninarenina, à Toliara où il a été retrouvé hier matin. Il a subi l’ablation de l’une des deux globes oculaires.

Sous le choc et les larmes aux yeux, la mère de cet enfant raconte devant la caméra d’un confrère local que son fils jouait au ballon avec ses camarades, la veille dans l’après-midi. « Le soir, il était introuvable. Ses amis ont affirmé qu’ils lui auraient déjà dit d’aller rentrer, mais il aurait refusé. Du coup, nous nous sommes rendus à l’école pour le chercher. Le gardien nous a expliqué que le site est déjà fermé et que les enfants sont tous partis », relate-t-elle avec une voix éplorée.

« Nous sommes allés au chef fokontany et à la police à qui nous avons confié notre numéro de téléphone pour nous contacter. Il est minuit, et mon fils n’est toujours pas revenu à la maison. Nous nous sommes alors dépêchés chez son père à Betania. L’entourage s’est pourtant désolé qu’il n’y habite plus. Puis, nous avons demandé à sa famille élargie, mais personne n’a de nouvelle de mon garçon », ajoute-t-elle. Le lendemain, sa famille et elle ont été avisées d’une découverte macabre au lycée. A leur arrivée sur place, ils ont découvert que c’était réellement l’enfant.

En garde-à-vue

« Nous effectuons le lever du drapeau chaque lundi à 7h. Ce matin (ndlr : hier), les élèves ont rejoint leur classe après le rassemblement. Peu de temps après, leur délégué nous a alerté qu’il y a un enfant qui dort dans leur salle. La porte était encore fermée à ce moment-là, mais ils l’ont vu par la fenêtre entrouverte », décrit Jacques, le proviseur.

La dépouille gisait sur le dallage tout devant du grand tableau noir. Sur le moment, les responsables de l’établissement ont donné l’alerte au chef fokontany, à leurs supérieurs hiérarchiques, à la police et au bureau municipal d’hygiène (BMH).

« Le garçon ne portait aucune blessure. Il a perdu son œil. Nous supposons qu’il a été tué ailleurs avant d’être abandonné dans la salle. On ignore tout de même ce qui a réellement causé sa mort. Nous sommes au cœur de l’enquête. Le gardien du lycée a été amené, retenu en garde-à-vue et mis en examen », lance le commissaire Fyla, commandant des forces d’intervention de la police de Toliara, interrogé par un collègue au téléphone.

« Ce n’est pas pour protéger le concierge. Il habite dans le côté nord du site, loin de la salle de classe qui est au sud. Certes, il doit vérifier chaque vendredi soir que toutes les portes sont bel et bien fermées, mais le weekend, beaucoup d’enfants viennent jouer dans cet établissement qui a une aire de jeux dans son enceinte », souligne le collaborateur du proviseur.