Magazine

Toliara – Affrontement évité de peu à Maninday

Tension au campus de Maninday, dimanche, où les étudiants se sont regroupés avant d’aller à l’assaut du fokontany d’Ankilahila.

Le cambriolage d’une gargote exploitée par un étudiant en plein campus a failli dégénérer en véritables affrontements entre villageois d’Ankilahila et universitaires.

Samedi 8 février vers 20 heures. Une gargote, située en plein cœur du campus de Maninday à Toliara, a été attaquée par des bandits. Son propriétaire, un étudiant nommé Christian, a été blessé et dépouillé d’une assez grosse somme d’argent, d’un ordinateur portable, de téléphones… Il a été admis au Centre hospitalier universitaire de Tanambao.

De source policière, dimanche matin, environ mille cinq cents étudiants se sont dirigés vers Ankilahila, un village limitrophe du campus de Maninday. Ils soupçonnent que les auteurs de l’attaque y habitent. Un étudiant a même avancé que les empreintes de pas des voleurs se dirigeaient, sans aucun doute, vers ce village. Arrivés sur place, les étudiants ont rencontré le chef du Fokontany afin d’en extirper les présumés coupables.

Après deux heures de discussion, il s’est avéré que la position de ce responsable sur ce fait n’a pas satisfait les étudiants car il a nié être au courant des faits et surtout ne pas savoir qui ont bien pu commettre cette attaque. Du coup, ils ont voulu l’emmener de force et le prendre comme monnaie d’échange. Mécontent du comportement des étudiants, le fokonolona a tout de suite réagi et, en quelques minutes, les deux parties munies de couteaux et de machettes se sont retrouvées face à face.

Coups de feu

« Heureusement, nous sommes arrivés à temps car ils commençaient à se jeter des pierres et un affrontement sanglant a été évité de peu. Les négociations avec les deux camps et l’intervention des forces de l’ordre les ont ramenés à la raison », assure Andriamanantena Razafiharison, président de l’Université de Toliara. Mais selon des témoins oculaires, des coups de feu ont retenti car un membre du fokonolona a tiré en l’air pour repousser les assauts des étudiants en colère. Ces derniers ont, du reste, brûlé quelques cases en « vondro », installées dans l’enceinte du campus mais appartenant à quelques habitants d’Ankilahila. Et il a fallu l’intervention musclée des services de sécurité et de la police pour rétablir l’ordre.

Le problème de l’insécurité et des agressions que subissent les étudiants à Maninday ne date pas d’aujourd’hui. Les étudiants vivent dans la peur depuis des années et font face à de multiples formes d’agressions de la part de leurs voisins. Prenant l’affaire en main, les autorités locales, les notables d’Ankilahila et les responsables de l’Université de Toliara ont engagé un processus de dialogue et de réconciliation. Une réunion avec les représentants des protagonistes a eu lieu, hier matin, au bureau de la présidence de l’Université à Toliara-centre, en présence des membres l’Organe mixte de conception de la sécurité pour trouver une solution pérenne aux relations conflictuelles récurrentes entre les étudiants et leurs voisins.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter