A la une Sport

Lutte – Afrique : Roma Manitra en argent

Roma Manitra Raharison décroche l’argent en Algérie.

L’expatrié de France, Roma Manitra Raharison sauve l’honneur de la Grande île au championnat d’Afrique. Il a raté de peu l’or chez les lourds.

Alignant trois combattants, Madagas­car a ravi une médaille au championnat d’Afrique ce week-end en Algérie. L’expatrié de l’hexagone, le Malgacho-ukrainien Roma Manitra Raharison engagé dans la catégorie des lourds -86kg sauve l’honneur de la Grande île à ce sommet continental.

C’est une étape obligatoire pour pouvoir disputer le dernier tournoi qualificatif pour les Jeux olympiques de Tokyo. Il a battu un Nigérien au premier tour avant d’écarter un Guinéen en demi-finales.

Il s’est, par la suite, incliné en finale devant un Égyptien, dans la nuit du dimanche. Roma Manitra s’est contenté ainsi de la médaille d’argent. Les deux autres lutteurs locaux ratent de peu, quant à eux, le podium.

Emma Rasoanantenaina, dans la catégorie -53kg filles, a, de son côté, disputé trois combats ce samedi. Elle s’est imposée d’entrée face à une Marocaine puis s’est pliée devant une Nigériane.

Elle a joué ensuite un combat de repêchage. Malheureu­sement, elle a perdu la finale bronze face à une Camerounaise.

Quant à Faly Hery Randria­nantoandro, il a mis fin à son parcours en quarts des -65kg garçons. «Nous sommes satisfaits de ces résultats. Bravo à Roma Manitra qui a porté haut les couleurs nationales en remportant la médaille d’argent », a mentionné le président de la fédération, Mamitiana Raveloson.

Étape décisive

Le vice-champion d’Afri­que, Roma Manitra sera sans doute en lice au tournoi qualificatif pour les prochains Jeux olympiques. Ce tournoi aura lieu du 9 au 15 mars au Maroc et verra la participation des meilleurs du continent africain et aussi de l’Océanie.

Les deux meilleurs par catégorie obtiendront le ticket pour les JO de Tokyo. «Pour le cas d’Emma et Faly Hery, je vais en discuter avec les techniciens, s’il est encore possible de rectifier leurs erreurs en un mois», précise le président de la fédération. «Les locaux manquent d’expériences en compétition internationale. Leur dernière sortie date de 2017… Ils sont les meilleurs du pays dans leur catégorie respective, mais n’ont pas, ces dernières années, l’occasion d’évaluer leur niveau par rapport aux combattants des au­tres pays», souligne Mamitiana Raveloson.

Le patron de la fédération propose ainsi d’envoyer, autant que possible, des athlètes à des compétitions dans les pays environnants entre autres le tournoi international de la Réunion tous les mois de décembre. L’Afrique du sud organise aussi deux à trois tournois internationaux chaque année.