Accueil » Régions » Vigilance sanitaire à Mahajanga – Célébration cultuelle séparée
Régions

Vigilance sanitaire à Mahajanga – Célébration cultuelle séparée

La distanciation physique est d'un mètre à l'église.

Par respect des mesures sanitaires pour lutter contre la Covid-19 prises par le CRCO de Boeny depuis vendredi, les édifices cultuels ont décidé d’appliquer de nouvelles dispositions à partir de dimanche.

C’est ainsi que le temple FJKM Ziona vaovao, situé dans le fokontany de Mangarivotra, décide qu’à partir de dimanche 16 janvier, deux locaux abriteront les cultes comme en 2020, durant le premier confinement. La grande salle du lycée privé Ziona vaovao sera de nouveau transformée en salle de prière.

« Les enfants de bas âge et les nourrissons ainsi que les personnes âgées et vulnérables devront rester à la maison et ne pourront pas assister aux cultes à partir de dimanche. Les horaires sont maintenus à 6 heures et à 9h30. On ne délivrera plus de ticket comme l’année passé : les premiers arrivés seront placés dans l’église et dès que le quota sera atteint, le reste sera orienté vers la grande salle. Les gestes barrières seront formellement respectés dont le port de masque et le lavage des mains à l’entrée. La distanciation physique sera rigoureusement maintenue à un mètre », explique le pasteur Daniel Hubert Andrianarilala.

Dimanche, plusieurs fidèles ont été refoulés depuis le portail pour n’avoir pas porté de masque bucco-nasal. L’intérieur du temple a été arrangé pour recevoir cinq personnes sur chaque banc de 10m, trois personnes par banc de 3,5m.

Dans les autres paroisses, les habituelles organisations ont été également modifiées tant au niveau du nombre des fidèles autorisés à entrer dans l’église qu’au niveau des sièges. Le contrôle du port de masque reste strict.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter