Faits divers

Mahajanga – Des portés disparus comoriens repêchés

Les Comoriens à bord de Mlezi 3 avec leurs sauveteurs, hier matin, à Amborovy.

Portés disparus en mer depuis le 28 décembre, treize Comoriens se sont laissé orienter par le vent et ont débarqué à Mahajanga, hier.

Plus de peur que de mal pour les treize Comoriens, à bord d’une vedette dénommée Mlezi 3, qui se sont égarés au milieu de l’océan, lors de leur voyage d’Anjouan à Moheli, le 28 décembre, à cause d’une forte tempête. Ils se sont laissé amener par les vagues et pousser par le vent. Ils ont été retrouvés sains et saufs, hier matin à 5h 45, au large de Mahajanga, plus précisément à Amborovy, selon le commissaire de police Jimmy Clarin Raharinasy, chef de service régional de renseignements, du contrôle de l’immigration et de l’émigration de Boeny.

Parmi ces personnes figurent un enfant et quatre femmes, dont une est enceinte. Ils sont âgés de 3 à 50 ans.
Déshydratés et fatigués, ils ont rapidement été pris en charge dans un espace médical, à Mangarivotra. Ils ont tous été placés sous sérum, d’après les précisions de la police nationale. « Après leurs soins vers 15h, ils ont été reçus par une association de jeunes œuvrant pour le développement de la région (TVHFB) qui s’occupe de leur séjour et hébergement dans un hôtel du côté de Sotema », explique le commissaire.

Mariage
Les autorités locales attendent encore l’arrivée du consul des Comores qui devrait être présent ce jour pour discuter la prochaine étape pour ces Comoriens. Ces derniers souhaiteraient, en fait, qu’ils soient rapatriés en avion. « De notre côté, nous attendons qu’ils se rétablissent pour procéder aux différentes formalités. Leur passage au pays doit être enregistré à la division de surveillance du territoire, ainsi que leurs témoignages concernant leur vécu pendant ces treize jours de disparition », d’après le service régional de renseignements.

Suivant les premiers éléments d’informations glanées, ces Comoriens sont partis d’Anjouan pour assister à une cérémonie de mariage sur l’île Moheli quand le pire s’est produit. « Une pièce de l’embarcation aurait été perdue en mer pendant la tornade et l’équipage ne serait plus arrivé à la contrôler », explique un gendarme aux Frontières.

Les autorités portuaires de Mahajanga, composées de la police, de la gendarmerie et de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF), le consul de Comores et la TVHFB se chargent de leur hébergement avant leur rapatriement.