Social

Antananarivo – Le contrat d’Easy Park compromis

Tiana Rasamimanantsoa , responsable chez Easy Park.

Le nouveau maire a supprimé le contrat liant Easy Park à la Municipalité, selon sa principale promesse de campagne.

Parkings dans la capitale. Le sort de la gestion des « parties sur rue » dans la capitale est attendu avec la confirmation officielle, hier, de l’élection de Naina Andriantsitohaina en tant que nouveau maire. Le gestionnaire des parkings à Antananarivo est depuis trois ans, l’entreprise privée Easy Park, en contrat de partenariat public-privé de quinze ans avec la Municipalité. « 20 % du chiffre d’affaires calculable à partir de tous les horodateurs d’une soixantaine de nombres implantés dans la capitale, est déversé à l’administration municipale avec laquelle un contrat de quinze ans renouvelable est établi », affirme Tiana Rasamimanantsoa, responsable chez l’entreprise Easy Park.

Cible de critiques de la part des riverains de certaines rues dans la capitale, la délimitation des parkings à Antanana-rivo a été mal accueillie par les citadins depuis le début. « Placer les stationnements en bord de rue dans le cadre formel, telle a été la mission que s’est assignée l’entreprise Easy Park. Seul le maire de la ville peut donner un mandat pour accomplir l’extension dans la gestion des parkings. Les deux parties essaient de trouver un accord lorsque la Municipalité charge l’entreprise d’organiser la gestion d’un parking dans une partie donnée de la ville. Comme référence dans la gestion des parkings dans la capitale se trouve un arrêté municipal en date du 10 novembre 2015 », ajoute Tiana Rasamimanantsoa. Un corps constitué, qu’est celui des agents assermentés de l’Autorité de Surveillance de la Voie Publique ou Asvp existe au sein de l’administration municipale.

Enjeux financiers
Un officier de police judiciaire se trouve à la tête de cette autorité dont les agents sont détachés au niveau de l’entreprise Easy Park et celle-ci les rémunère.Une multinationale gère à distance les horodateurs dans plusieurs métropoles dans le monde, et c’est le même cas pour ceux d’Antananarivo.

« Le ministère des finances, la direction générale du trésor, l’administration de la ville d’Antananarivo, et l’entreprise Easy Park, ont respectivement reçu un code d’accès aux transactions réalisées dans chacun des horodateurs. Ce code est reçu de la multinationale française gérant le système d’informations et réseaux de ces horodateurs », explique Tiana Rasamimanantsoa. Visiblement, les usagers en possession de cartes de recharge achetées au siège de l’entreprise Easy Park n’ont aucune difficulté d’accès aux horodateurs qui permettent de calculer le montant absorbé dans la carte de recharge en fonction de la durée de stationnement au niveau des parkings.
La gratuité de stationnement au bord de toutes les rues d’Antananarivo a toujours été vécue comme une normalité.

L’obligation de payer la durée de stationnement a fait l’objet d’une sévère résistance de la part des Antananariviens, ayant conduit la Municipalité à ne plus octroyer de mandat d’extension de la délimitation des parkings à l’entreprise Easy Park. Celle-ci reste en activité, même si le dernier mandat octroyé par la mairie d’Antananarivo remonte à 2017. En raison de la désapprobation populaire du mode actuel de gestion des parkings à Antananarivo, le nouveau maire Naina Andriantsitohaina a promis dès le premier jour de sa campagne électorale, que « le contrat avec Easy Park sera résilié ». Pour l’entreprise concernée, une présentation de ses activités à chaque nouveau dirigeant de la ville a été une pratique depuis toujours.