Accueil » Chronique » Les Marocains mettent le souk en Belgique et en France
Chronique

Les Marocains mettent le souk en Belgique et en France

27 novembre : victoire du Maroc au Qatar. Un commissariat attaqué à Liège. Drapeau belge arraché d’un balcon à Anvers. Incendies de voitures et destruction de mobilier urbain à Bruxelles. Intervention de la police anti-émeute à Rotterdam et La Haye (Pays-Bas).
«Signe d’une cohabitation ethnique difficile, comme aux Pays-Bas» estime le journal suisse Le Temps. «Comment devrions-nous traiter les personnes qui ne veulent pas s’inscrire dans notre société ?» se demande la ministre belge de l’Intérieur, Annelies Verlinden.
6 décembre : qualification du Maroc au Qatar. Déto­­nations à Rennes. Tirs de mortier à Brest. Caillassage d’une rame de tramway à Nice. Treize policiers blessés à Lille. 6000 Marocains sur les Champs-Élysées. Le drapeau du Maroc accroché sur la façade de la Mairie d’Amiens.
«Sommes-nous encore en France ?» s’interroge Éric Ciotti, en position favorable pour prendre la tête du parti LR (ex-UMP, ex-RPR). «Quelque chose me dit qu’il y a moins de débordements au Maroc qu’en France. Il est peut-être temps de se poser les bonnes questions», écrivit de son côté Gaël Nofri, l’adjoint au Maire de Nice.
La théorie du «grand remplacement» est souvent caricaturée comme une affabulation des partis identitaires. Pourtant, c’est une stricte réalité à en croire les résultats d’une étude menée par Statbel, l’office belge de la statistique, sur l’évolution de la population belge, entre le 1er janvier 2011 et le 1er janvier 2020 : la Belgique compte une personne sur cinq d’origine étrangère. En région Bruxelles-Capitale, les Belges d’origine belge ne représentent plus que moins de 3 personnes sur 10 : contre 4 personnes sur 10 de Belges d’origine étrangère et 3,5 sur 10 d’étrangers. Dans toute la Belgique, parmi les étrangers, les Marocains devancent désormais les Italiens et les Français.
«Les supporters marocains mettent le souk en France (et en Belgique), mais pas au Maroc», conclut amèrement Boulevard Voltaire. Les partis identitaires, souverainistes, nationalistes («Vlaams Belang» en Belgique, «Rassemblement National» ou «Reconquête» en France), peuvent légitimement avoir le courroux. Chaque pays doit s’inquiéter de l’éligibilité du moindre étranger à s’insérer harmonieusement dans la société et la culture locales. Autrement, ce serait un suicide national.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Je confirme parfaitement ces événements d’une partie de la communauté Marocaine surtout chez certains des plus jeunes qui cassent, volent, trafiquent, violent en bande etc…..Ils refusent l’intégration , le travail, l’éducation, l’école et les lois, religions et us du pays d’accueil. Pour eux la police et tout ce qui représente la loi , l’autorité et l’ordre sont en ligne de mire et si la moindre occasion de casser , vandaliser , brûler et de piller leur est offerte, ils en profitent…..
    Bien souvent ces voyous qui vendent aussi de la drogue sont issus de familles et de parents qui démissionnent de leurs fonctions d’éducation et qui ne sont là que pour bénéficier des avantages du système social et des allocations .
    Jamais ces petites frappes n’oseraient faire la même chose au Maroc car là bas la justice est plus sévère et les prisons ne sont pas des hôtels de luxe comme en Europe.
    Bizarrement , c’est toujours avec les mêmes nationalités qu’il y a des problèmes…..
    Montrer plus de sévérité, de fermeté au niveau judiciaire , appliquer la loi plus rapidement seraient des solutions adéquates mais il ne faut pas oublier qu’il faut une volonté politique aussi et cet électorat pèse en voix au moment des votes .