Régions

Antsiranana – Quand les pères deviennent responsables

L’association caritative internationale d’aide à l’enfance Cœur et Conscience n’a pas manqué, lors de la dernière semaine du mois de novembre, de marquer la Journée mondiale contre la violence à l’égard des filles et des femmes. Elle a organisé une conférence sur « Les devoirs des pères responsables » dans la grande salle de la Maison des jeunes d’Antsiranana.

Le nombre des familles monoparentales ne cesse de s’accroitre dans la région. L’augmentation sans cesse du nombre des enfants parrainés par différentes associations caritatives en témoigne. Dans le Nord, un enfant sur sept ne vit qu’avec un seul de ses parents, le plus souvent la mère. Cœur et Conscience a constaté que dans 85% des familles membres ou parrainées, le père y est absent. C’est pour cela qu’elle a mis sur les rails un projet intitulé « Père responsable ».

Tout a commencé en juillet 2011 par la création d’un « Comité des pères responsables» devenu une assemblée, en juillet 2013. Selon les explications, cette assemblée est ouverte à tous les papas souhaitant changer de comportements et prendre leur part de responsabilité au sein du foyer. Depuis 2016, l’objectif de cette assemblée est de faire d’Antsiranana une ville de référence des pères responsables. Ainsi, en 2018, un concours de meilleur papa a été initié par Cœur et Conscience et a compté trente-six participants.

Le directeur régional de la Population, Marcelin Totozandry, a axé son intervention sur les explications du slogan de l’assemblée « Aimer, protéger et éduquer ». Il a incité tous les papas présents à la conférence à aimer leurs enfants avant même qu’ils naissent.

Pour sa part, le président de l’assemblée a expliqué que protéger est un droit et un devoir pour tous les pères. Il a ajouté qu’il faut protéger son enfant en offrant à lui et à sa mère de la nourriture de qualité. Il ne faut en aucun cas envisager des gestes déplacés devant ses enfants.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter