Accueil » A la une » DÉLESTAGE PERSISTANT – Suspicion de sabotage à la Jirama
A la une Politique

DÉLESTAGE PERSISTANT – Suspicion de sabotage à la Jirama

Le ministre de l’Énergie et des hydrocarbures, et le président du conseil d’administration de la Jirama, entre autres, auront des décisions à prendre.

Les coupures et délestages de courant qui se sont renforcés ces derniers jours pourraient faire tomber des têtes à la Jirama.

Il y a anguille sous roche. Cette appréhension a été affirmée par Andry Ramaroson, ministre de l’Énergie et des hydrocarbures, lors d’un échange sur les raisons et les objectifs des entretiens d’évaluation des hauts responsables de la Jirama, depuis lundi. Sauf changement, les résultats seront connus samedi. Selon les explications du membre du gouvernement, ces entretiens d’évaluation sont prévus tous les six mois. “Seulement, cette fois-ci, il y a eu du retard”, ajoute-t-il. La proximité de cette batterie d’entretiens de plus d’une trentaine de hauts responsables de la Jirama, avec les séries de black out à Antananarivo et ses environs, la semaine dernière, notamment, vendredi jusqu’à dimanche, intrigue.

En réponse, le ministre Ramaroson indique, “il y a quelque chose de floue”. Ayant inauguré le central solaire de la Jirama, à Nosy Be, vendredi, le ministre de l’Énergie et des hydrocarbures et Rivo Radanielina, directeur général de la Jirama, ont précipité leur retour à Antananarivo. En cause, le black out de vendredi. Dans plusieurs quartiers, le courant a mis plusieurs heures avant d’être rétabli. Il y en a qui ont passé tout le week-end dans le noir. Dimanche, le ministre et le directeur général ont tenu une première réunion avec les cadres de l’entreprise afin de faire le point sur la situation.

Le ministre de l’Énergie et des hydrocarbures concède que la persistance et la hausse de la fréquence ainsi que la durée des délestages “motivent des suspicions”. Sur sa page Facebook dont l’indicatif est son sobriquet “Andry Goly”, le membre du gouvernement a publié, dimanche, s’agissant des douloureuses coupures de la fin de la semaine dernière, “il y a déjà eu des discussions par téléphone, mais je n’ai pas été convaincu à 100%”. Ce qui l’a amené à tenir la réunion de dimanche donc. Visiblement, cette réunion avec les cadres de la Jirama, dimanche, n’a toujours pas été satisfaisante. Aussi, depuis le lundi, chacun d’entre eux a défilé devant le conseil d’administration de l’entreprise pour un entretien d’évaluation. “Il y a de fausses informations, de fausses interventions, de fausses évaluations par l’Exécutif”, confie le ministre Ramaroson.

Sur sa page Facebook, mardi, il a publié, ces doutes sur le fait que les résultats d’évaluation “faite par d’autres”, des cadres ont obtenu de bonnes notes. “Lorsqu’il leur a été demandé de faire une auto-évaluation devant-nous, pourtant, ils n’ont pas obtenu la moyenne”, ajoute-t-il. Sans ambages, il déclare, “j’annonce d’emblée que certains seront remerciés, d’autres poursuivront leur travail et il y aura aussi ceux qui seront soumis à des enquêtes”. Selon les explications d’une source avisée, la persistance du délestage a, outre les pannes techniques, est la cause économique. Le quatrième groupe installé récemment à Andekaleka, “n’est pas encore opérationnel du fait que nous sommes en période d’étiage”.

Doutes

Seulement, à s’en tenir à l’échange avec Andry Ramaroson, le constat est que les coupures sont plus fréquentes et le courant met plus de temps à être rétabli. Une situation qui l’amène à soutenir, “il y a anguille sous roche”. L’hypothèse d’acte délibéré à visée politique, à une certaine mesure, serait même prise en compte. “C’est vrai qu’une certaine coïncidence est à souligner. A chaque fois que le Président [le président de la République] fait quelque chose, il y a un black out. A chaque fois que je suis hors d’Antananarivo, le délestage se renforce”, affirme le ministre de l’Energie et des hydrocarbures. La coupure générale de la fin de semaine coïncide avec le déplacement présidentiel à Nosy Be, un autre mardi, avec son discours à la 27ème Conférence des Nations Unies sur le climat (COP 27).

Les retransmissions des interventions présidentielles et des ateliers au Forum national des investissements ont été perturbées par des blacks out également. Ici, les intempéries ont été avancées comme explications. Outre les coupures, le temps pris pour le rétablissement de l’électricité irrite de plus en plus les usagers. Lors des blacks out du 29 octobre, par exemple, plusieurs quartiers sont restés sans électricité jusqu’à lundi. La persistance du délestage devient intenable pour la population.

Une situation qui a indéniablement des conséquences politiques, surtout à un an de l’élection présidentielle. De prime abord, le grand ménage probable à la Jirama est mis en avant comme une reprise en main de l’entreprise. Contacté, un communicant de la Banque mondiale affirme, cependant, qu’aucune communication n’a été faite sur les évaluations des cadres de la Jirama.

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La PARANOÏA est la marque de fabrique de ce régime du haut en bas de l’échelle pour justifier leur incompétence et leur irresponsabilité . Tout cela avec un chef d’état qui nous a habitué avec des mensonges car il y a bien eu des promesses jalonnant sa campagne électorale et tout au long de son mandat . Des déclarations à l’emporte-pièce liées à un populisme et à une démagogie qui n’honorent pas la bonne gouvernance . Le problème de la Jirama se résume en gros à des facteurs structurels et économiques . La vétusté des équipements et les vols d’électricité ne sont pas des éléments déterminants pour l’explication de cette faillite . Le staff actuel ministériel et de l’entreprise ne sont pas indemnes de reproches dans leur gestion. La théorie du complot est le propre d’un régime autocratique dont la principale hantise est l’impopularité mettant en péril son désir de perdurer au pouvoir par tous les moyens …

  • D’abord il n’a qu’à reste à Tana ce ministre au lieu de se faire bronzer aux frais du contribuable !
    Ensuite il remets sur le tapis des sabotages ! surement un bon prétexte déjà éprouvé il y a presque 1 an pour endormir la population et masquer l’imcompététence de tous ces dirigeants du plus haut au plus bas !
    question : il gèle les primes à octroyer à la Jirama ?? et les mettre dans des investissements ????
    question: c’est quoi les infos sur le dossier de sabotage à la centrale ?????
    encore des blablas bien relayés par des médias/presse vassalisés au régime actuel

  • Salama namako ô,
    « ….sabotage e » zany no entina miady sy mba valinteny atao. Sao dia mba havendranana e sy tsy fahaizana mihitsy? Manolokevitra izahay: ‘mahafoiza vola hanamboarana tsara ny famatsiana herin’aratra dia milamina isika. Bdbdbdbd anie no azo atao e: tsy hoe tsy misy ny toerana tsy azo hanaovana barrage hydroelectrique (Farahantsana ve vita sa cinema e?) – Namorona – Betsiboka snsnsns ary io ‘Ngahibe masoandro io atao inona fotsiny? Ary ireo tampitanety toy ny Tampoketsa – Horombe snsnsns, ivalamparan’ny rivotra tsy ankiato. O ry zalahy fa tena mitapina inona ny masoanreo e ary inona no ao anatin’ny lohanareo ao a? Ho avy anie ny tanana vaovao e! Tsy ho ela toy ny volan’ny CNAPS.
    Eritrereto sy saintsaino azafady dia aleo hiverina aty amiko ny ahy raha tsy laninareo, katrakatraka be ireo.
    Mahereza

    • Be vinany ireo . Tsy hadinonay ny filoham-pirenena nanizingizina fa « incendie criminelle » ny tao Andekaleka raha may . Aiza ny famotorana tsy misy tohiny hatramin’izao ? Raha ny vola be mitotona ao smb’ y Jirama kanefa izao no zavamisy dia mahagaga tsy voadaka na tsy mbola am-ponja ireo mpitatana ireo . Ny ministra moa mivalavala mihanihany amin’ny mpanao gazety no hataony . Filoha hajaina nilaza fa juillet teo no voavahy ny olan’ny délestage.Aty aorina gaga ialahy fa 2028 indray ?! Izao rebireberena amin’ny «sabotage hono ?! » ny vahoaka . Mihevitra ny Malagasy babakoto mihitsy ireo . Aleo felaka mandrivorivo mihitsy no homen’ny vahoaka Antananarivo an’i Rainilainga amin’ny fifidianana !

  • Andriamatoa Ministra,
    Niverina indray aho, rehefa avy nihaino ny radio Miara manonja. Ka raha mitombona ny voalaza tao dia vay ankandrina ka sady marary no mahamenatra. Indro nambara tao indray ny tsy fahaiza-miasa (incompétence). Ary efa ambetiteninay io: TSY AMPY OLONA IANAREO KA OLONA TSY TAFA LOATRA NO LASA MITAZONA NY TOERANA DIA AZA GAGA RAHA MIVARALILA NY RAHARAHAMPIRENENA. Azo hamarinina anie izany e.
    Atoa Ministra ô, MANAJA TENA, MIALA FA MITARIKA KASIROL BE LOATRA IANAO. Sa…..lany henatra Rangahy? Fa aza mandositra a! Zany no mahatonga anay hiteny hoe: saribakoly avokoa ny ao, tsy mitsinjo ny hafa fa izaho ihany, sy hifikitra amin’ity sezako ity. Ankoatr’izay dia ny hoe: « instructions no azoany dia tsy afaka miady e! aaaaaahhhh!
    Mampalahelo ny Filoha, manana anareo itony fa tena mamahan-dalitra mitondra azy any amin’ny fahaverezana. Raha izy moa ka atao ahoana fa ny firenena mihitsy e. Sa tsy tonga saina?
    Mahereza.