Accueil » Editorial » Cop…able
Editorial

Cop…able

A sec. Le constat du député Siteny Andrianasoloniaiko est accablant. Parcourant la route nationale 7, il a vu que toutes les régions longeant cette route est asséchée. Ambositra, Fianarantsoa, Ihosy sont à sec. Les gens n’ont plus d’eau potable depuis quelques jours selon le député. Il a appelé les autorités à prendre des mesures d’urgence quitte à provoquer une pluie artificielle pour sauver ce qui peut encore l’être. Il a incité la population à abandonner les feux de brousse.

Le fait est que la sécheresse s’étend petit à petit mais à grande vitesse. Le kere dans le Sud risque de gagner très vite d’autres régions à l’allure où la désertification avance. Une situation due à la déforestation rapide et durable et contre laquelle, les régimes successifs n’ont pas trouvé de solution. La superficie de forêt détruite augmente de façon exponentielle d’une année à l’autre. En face, les campagnes de reboisement entamées il y a quarante ans n’ont rien donné et deviennent une occasion pour épater la galerie moins qu’une action citoyenne. Tant que la population vit dans une extrême pauvreté et que le niveau de l’éducation baisse et tend vers moins l’infini, toutes les sensibilisations sur l’écosystème et la biodiversité seront vaines et sans impact. Les gens continueront à tuer les makis tant qu’on consacre des millions de dollars pour sauver les lémuriens alors qu’on laisse la population mourir d’inanition.

À Glasgow, Madagascar a demandé à ce que les grands pays pollueurs accélèrent le déblocage de fonds promis lors du Cop 21 à Paris en 2015. Il devient urgent de basculer dans la transition énergétique. Mais il faut démocratiser les énergies de recharge si l’on veut préserver les forêts qui restent. Quand on voit le prix du gaz qui a pris l’ascenseur malgré la réduction de la TVA à 5%, on voit mal comment les amateurs de charbon peuvent se reconvertir au butane ou à l’éthanol.

Même Jean Luc Melenchon y est allé de sa pique en évoquant la famine meurtrière dans le Sud alors qu’on se permet de perdre du temps et de l’argent au Cop 26 et au G20.

On a beau dire que les grands pays sont les plus pollueurs, il ne faut pas chercher ailleurs la cause de la sécheresse comme on jette sur les autres l’échec de notre développement . Nous sommes tous cop..ables pour avoir laissé le mal s’enraciner sans réagir. Ce n’est que maintenant qu’on réalise que la fin approche et qu’il faut appeler… eau secours. Trop tard.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter