Océan indien

Trafic de zamal inter-îles  – Une réplique de Kalachnikov disparue à Maurice

Retour en décembre 2017 lors du démantèlement d’un important trafic de zamal entre La Réunion et Maurice : l’enquête avait débouché en avril 2018 sur l’interpellation de sept Réunionnais, dont deux d’origine mauricienne. Laurent Mariaye avait été identifié comme la tête de réseau de la branche réunionnaise. Il était en charge de la collecte du zamal, de son conditionnement et de son envoi vers l’île sœur, via des go-fast maritimes, pour le compte d’un chef de réseau mauricien surnommé «Franklin».

Ce sont au moins cinq voyages qui ont été réalisés sur commande de ce mystérieux commanditaire. L’affaire se trouve toujours pour l’heure à l’instruction sous commission rogatoire, avec un volet international. Trois des sept suspects interpellés se trouveraient toujours en détention provisoire.

Pas les deux jugés lundi après-midi à Champ Fleuri dans cadre du volet annexe de cette affaire déjà hors norme de par l’ampleur du trafic (150 kilos de zamal ont été saisis en avril 2018). Olivier Bataille, 42 ans, et Louis David Vatel, 44 ans, ont dû s’expliquer sur la vente d’une parfaite réplique de Kalachnikov. Un AK47 dont les enquêteurs de la SR ont appris l’existence au cours des écoutes téléphoniques visant les suspects de ce trafic de zamal.

ressort que Louis David Vatel, représenté à l’audience par le bâtonnier Georges-André Hoarau, était le propriétaire de l’arme depuis plusieurs années et qu’il l’a finalement cédée avec son chargeur et ses munitions à Olivier Bataille pour 800 euros entre décembre 2017 et avril 2018. Bataille s’était à son tour entendu avec un autre des «patrons» de la branche mauricienne du trafic, un certain «Maraz», pour la revendre à 1 500 euros.

L’arme devait partir par bateau vers l’île sœur en même temps qu’une cargaison de zamal. Sauf que celle-ci aurait finalement été dérobée à l’arrivée par le-dit Franklin, selon les deux protagonistes. Bataille n’a donc jamais vu la couleur de son argent. Et l’arme a bel et bien disparu dans la nature à Maurice…

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter