Accueil » Actualités » Évasion à Tsiafahy – Les fugitifs creusent un tunnel
Actualités Faits divers

Évasion à Tsiafahy – Les fugitifs creusent un tunnel

Les cinq taulards évadés de la maison de force de Tsiafahy, dans la nuit de samedi à dimanche, sont des prévenus sous le poids de la même inculpation.

Cinq détenus ont fait la belle de leur quartier de haute sécurité dans la maison de force de Tsiafahy, dans la nuit de samedi à dimanche. Les fugitifs ont été identifiés, hier suite à une collecte et traitement de renseignements effectués par les gendarmes d’Andoharanofotsy. «Ces évadés ont été placés sous mandat de dépôt, le mercredi 20 septembre dernier pour association de malfaiteurs et vol à main armée, mais voilà qu’ils ont pu se soustraire de la prison», a indiqué le commandant de brigade (CB) d’Andoharanofotsy. Des avis de recherches ont déjà été lancés au niveau de toutes les circonscriptions interrégionales de la gendarmerie nationale (CIRGN) et des groupements limitrophes d’Antananarivo pour mettre ces cinq criminels hors d’état de nuire. Une opération de bouclage sur la RN 7, les fokontany et les communes environnantes de Tsiafahy a été déclenchée après l’alerte, le dimanche.
Ces prisonniers ont creusé un tunnel depuis leur dortoir, selon les informations d’une source proche de l’enquête. Aucun pénitencier chargé de surveillance en permanence le weekend n’a été encore auditionné à la gendarmerie. «Il serait impossible qu’un détenu puisse passer par un trou au-dessous des clôtures de cet établissement», a évoqué le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de communication et des relations publiques (SCRP) de la gendarmerie nationale.

Inadvertance
À quinze jours à peine de l’évasion des onze criminels dangereux de la maison centrale d’Ambatondrazaka qui a eu lieu le samedi 23 septembre, celle de Tsiafahy laisse à présent penser l’inadvertance des pénitenciers. Il reste encore neuf fugitifs à rechercher et à ramener en taule à Ambatondrazaka. D’après les premiers éléments de l’enquête, le gardien-chef de la maison de force de Tsiafahy aurait dû donner l’alerte au frère d’armes le plus proche dans les secondes qui suivent la constatation de cette fuite. «Interrogée sur les faits, notre source, un haut responsable au sein de la maison de force n’a voulu les dévoiler qu’à des heures tardives», a précisé le commandant Herilalatiana.
Trois affaires suspectes mettant en cause l’administration pénitentiaire et le ministère de la justice ont été enregistrées depuis juin où deux condamnés dans le camp pénal d’Ambovoa, à Betafo ont été cueillis en pleine attaque à main armée.

Les noms des cinq criminels dangereux qui ont été placés en détention provisoire, le 20 septembre 2017 à Tsiafahy pour association des malfaiteurs et hold-up :
1. RAZAFITSALAMA Soloniaina, 34 ans, domicilié à Ikianja Ambohi­mangakely, lot 106 A TER, épicier.
2. RANDRIAMALALA Tokifeno Setra, 25 ans, domicilié à Ankorondrano, lot IVO 10 bis Tanà, épicier.
3. ANDRIAMPARANY David Rolland, 25 ans, residé à Anosipatrana, lot IV 19 C Tanà.
4. RAJOELINA Christian Tanteraka, 31 ans, habite à Manjakaray, lot II B 102 G Tanà, épicier.
5. RANDRIANARIMANANA, dit Ratelo, 25 ans, demeure à Bongabe Ambatotsiphina Antanifotsy, cultivateur.

Hajatiana Léonard

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi