Accueil » Politique » Sommet des présidentes de parlement – Un accent mis sur la situation des femmes malgaches
Politique

Sommet des présidentes de parlement – Un accent mis sur la situation des femmes malgaches

Ayant participé à Vienne en Autriche à la conférence mondiale des présidents de Parlement, la présidente de l’Assemblée nationale de Madagascar, Christine Razana­mahasoa, a saisi l’occasion pour évoquer la situation actuelle des femmes malgaches, notamment à la suite des efforts menés par la première dame dans le domaine de la lutte contre la violence basée sur le genre.

La cinquième Conférence des présidents de parlement s’est tenu dans la capitale autrichienne les 7 et 8 septembre. Il s’agit de « la plus importante réunion au monde du plus haut niveau de représentation parlementaire » aux yeux des principaux acteurs au sein de l’Union interparlementaire (UIP). Cette rencontre internationale a été placée sous le thème « les dirigeants parlementaires au service d’un multilatéralisme plus efficace qui assure la paix et le développement durable pour les citoyens et la planète ». À noter aussi qu’il s’agit de la première rencontre internationale sous l’égide de l’UIP et co-organisé par le parlement autrichien avec une présence physique des participants depuis la crise mondiale du Covid-19. Une centaine de présidents de parlement au niveau mondial ont ainsi participé à la rencontre.

Le 6 septembre, la conférence internationale a été précédée du treizième Sommet des présidentes de Parlement dans le monde. S’agissant de la participation de la présidente de l’Assemblée nationale de Madagascar à cette rencontre, l’accent a été mis ainsi sur les initiatives de Mialy Rajoelina pour améliorer la situation des femmes dans le pays. Il y a eu notamment, l’adoption de la loi de 2019 qui « renforce les dispositions répressives existantes et introduit des innovations en matière de prévention et de prise en charge des victimes ». Cette loi a aussi « pour objet de renforcer le régime juridique de la prévention, de la poursuite, de la répression des actes de violences basées sur le genre, de la prise en charge et de la réparation ainsi que de la protection des victimes ». Un vaste chantier qui a suscité un certain intérêt à Vienne.

Interviewée par des médias autrichiens, la présidente de la chambre basse malgache, a réitéré le rôle de la première dame dans la lutte contre la violence basée sur le genre et en matière de promotion des conditions de vie des femmes dans la Grande île.

Grand pas

L’engagement particulier de la première dame dans ce domaine a été ainsi soulevé et a inspiré de nouvelles initiatives lors de ce rendez-vous qui avait comme objectif de « faire le point, à valoriser et à rendre hommage aux femmes de tous horizons qui jouent un rôle déterminant dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 ». Christine Razanamahasoa a dans le même temps « rendu hommage à toutes les femmes du monde sur leurs rôles aussi bien dans la vie familiale que sur le plan national » lors de la rencontre.

La présidente de l’Assemblée nationale a eu par ailleurs au cours de ce rendez-vous international une rencontre jugée « fructueuse » avec la présidente du Parlement norvégien et également Présidente du sommet des présidentes de parlement, Tone Wilhelmsen Trøen, une parlementaire influente au niveau de son pays et sur le plan international.

Pour Madagascar, la loi 2019-008 relative à la lutte contre la violence basée sur le genre est en tous cas considérée comme un « grand pas » qui a inspiré de nombreux parlementaires dans ce domaine précis, notamment pour le continent africain.

Malgré une situation très divergente sur l’ensemble du territoire malgache, en effet, l’adoption de cette loi a été saluée par des entités multiples au niveau international. Sur le continent africain en particulier, cette lutte a suscité une attention particulière, en sachant que des aggravations ont été constatées au niveau de nombreux pays à la suite de la crise de la pandémie du Covid-19, un phénomène lié essentiellement aux mesures de confinement.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter