Politique

Fuite de renseignements confidentiels – Deux dames en détention préventive

Corruption, association de malfaiteurs et divulgation d’informations confidentielles. Telles sont les charges retenues contre deux femmes durant leur comparution au Parquet du Pôle anticorruption (PAC), vendredi. De s ch a rge s qui ont motivé leur placement en détention préventive à la maison d’arrêt d’Antanimora.

Selon les informations, l’une des deux accusées serait l’épouse d’un ancien haut responsable politique et l’autre d’un gradé de la police nationale. Les tourmentes judiciaires de ces deux femmes découlent d’une plainte déposée par le Service de renseignement financier (SAMIFIN). Selon les explications, le SAMIFIN a déposé une plainte contre X, lorsqu’elle a eu vent de la fuite de renseignements confidentiels qu’il traite.

« Les noms de deux femmes ne faisant même pas partie du personnel du SAMIFIN revenaient fréquemment dans ces informations. Elles utilisaient les informations confidentielles pour extorquer des fonds. Après investigation, il s’avère que l’une d’elles, est l’épouse d’un de nos enquêteurs », confie une source avisée.

L’enquêteur serait, également, parmi les accusés dans ce dossier de fuite de renseignements confidentiels. Son statut de policier impose, toutefois, une autorisation préalable de poursuite avant qu’une procédure judiciaire ne soit engagée.

Un planning chargé aurait retardé l’envoi par le PAC d’une demande d’autorisation de poursuite du gradé de la police, au ministère de la Sécurité publique. L’acte y afférent aurait été envoyé, hier, et sauf changement, aurait dû être reçu le jour même par le destinataire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter