Accueil » A la une » Recensement des personnes vulnérables – Quid des données obtenues du RGPH-3?
A la une Economie

Recensement des personnes vulnérables – Quid des données obtenues du RGPH-3?

Les  équipes  du  MTEFPLS  remplissant  un  formulaire  lors d’une  descente  dans  les  fokontany  vendredi  dernier.

La descente des membres du gouvernement pour identifier les ménages vulnérables revient à douter des données obtenues du dernier RGPH.

Le doute plane. Des ministres et leurs équipes sont aperçus réaliser le recensement des ménages réellement vulnérables dans des fokontany de la capitale depuis vendredi dernier. Ceci, faisant suite à l’annonce jeudi dernier de la suspension de la distribution des « Vatsy Tsinjo », pour cause de désordre dans l’identification de ces ménages. Comme approche, les équipes ministérielles ont recueilli des informations foyer par foyer en utilisant des formulaires mentionnant noms, date de naissance, numéro de la CIN, noms des parents, fonction, locataire ou propriétaire d’une maison et enfin le sexe.

« Un constat de visu est nécessaire afin de pouvoir apporter une analyse de la situation réelle de vulnérabilité ou non de chaque foyer. Les équipes déterminent d’après leur constat, les ménages en réel besoin. Pour avancer, des tickets leur sont ainsi immédiatement distribués. Il est à souligner par ailleurs, que tous les ménages sont recensés dans un formulaire mais seuls les vulnérables obtiennent ces tickets » relate entre autres le communiqué du ministère du Travail, de l’emploi, de la fonction publique et des lois sociales (MTEFPLS).

Secret

La vulnérabilité se définit par la perte d’emploi due à la Covid-19, une situation de chômage ou le fait de ne pas appartenir au fonctionnariat. Aux explications du MTEFPLS toujours, le carnet justifiant la domiciliation dans un fokontany est marqué en rouge à chaque fois que le recueil d’informations dans un foyer est achevé.

Madagascar a réalisé le Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) troisième édition en 2018 en vue demettre à jour les données sur la population de Madagascar après plus de vingt ans. Beaucoup se demandent alors pourquoi les données obtenues lors de cette opération statistique exhaustive ne sont pas exploitées pour ce récent « recensement des ménages vulnérables ». Un spécialiste de la statistique ayant participé au RGPH-3 répond alors que les objectifs sont complètement différents.

«Le RGPH diffère du recensement mené en ce moment dans le cadre de l’urgence sanitaire. Le RGPH permet un inventaire exhaustif des caractéristiques démographiques, économiques, sociales et culturelles de la population à un moment donné. Ceci comprend, entre autres, l’effectif, la structure de la population et sa répartition par unité administrative et milieu de résidence, son niveau d’instruction, ses conditions d’habitation ou encore ses conditions d’accès à l’eau potable et à l’électricité» détaille-t-il. L’interlocuteur souligne par ailleurs le principe du « secret statistique » mentionné à l’article 30 de la Loi 2018-004 du 18 avril 2018 relative à l’organisation et à la règlementation des activités statistiques.

« … Les autorités statistiques concernées s’assurent lors de la publication ou de la transmission à des tiers des résultats statistiques des opérations statistiques qu’aucune identification directe ou indirecte des personnes physiques ou morales concernées n’est faite ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi